Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre de l’Exode - ספר שמות > תרומה Trouma - Contribution - 19

"Trouma … tisme"

"Trouma … tisme"

Parashat Trouma -

Lorsqu’il y a quelques années j’animai le centre Yaïr sous la direction du Rav Léon Askenazi (Manitou) zal, l’une de mes tâches consistait à trouver un remplaçant pour le cours de Parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
de la semaine, lorsque Manitou se trouvait en déplacement à l’étranger.

Parmi les quelques "doublures" possibles, l’un d’eux m’avait déclaré : tu peux me demander de parler de n’importe quelle parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
, sauf de celles qui se trouvent entre Trouma et Metsora ! Le message était clair : un manque d’intérêt presque total pour la construction du "mishkan Mishkan
Michkan
Tabernacle
Temple portatif et provisoire fabriqué dans le désert après la sortie d’Egypte. Les règles concernant sa construction et son fonctionnement occupent une grande part de la Tora. Il symbolise la construction d’un microcosme spirituel et rituel idéal, modèle des Temples à venir. Il sert de base aux lois du shabbat et d’autres règles du judaïsme. Certains chercheurs pensent qu’il n’a jamais existé mais serait une espèce de construction utopique représentant la possibilité (elle même utopique) d’une relation permanente entre le divin et l’humain.
" (le temple portatif du désert) et pour le culte des sacrifices, les deux sujets qui se trouvent au cœur des sections shabatiques des prochaines semaines.

Cette attitude est caractéristique d’une partie des maîtres du Judaïsme de notre époque, qui se sentent mal à l’aise par rapport à certaines parties du texte de la Torah aux aspects à la fois techniques et désuets, voir complètement coupés de la réalité de notre société du début du XXIe siècle. Car, en toute honnêteté, combien parmi nous se verraient-ils apporter leur sacrifice, taureau ou tourterelle, au sacrificateur pour le faire égorger ?

Il existe également une autre attitude, symétrique pourrait-on dire : dans ce cas les commentateurs de notre temps vont s’ingénier à rentrer dans chaque détail et détail du culte sacrificiel, comme s’il s’agissait de l’objet d’étude le plus essentiel du Judaïsme d’aujourd’hui, oubliant (ou faisant semblant d’oublier) que le Judaïsme fonctionne et continue à exister alors que depuis près de 2000 ans ce culte a disparu de notre vie concrète.

Entre ces deux approches, existe-t-il une troisième voie, qui permettrait de garder un sens à ces longs passages des livres de l’Exode et du Lévitique tout en maintenant au Judaïsme une dynamique de modernité.

Il nous semble que les étrangetés que présente l’œuvre de Maïmonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
nous montrent la voie à suivre. En effet, Maïmonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
, dans son code de Lois, le Mishné Torah, décrit avec minutie tant les lois liées au Temple que celles des sacrifices. Pourtant, dans son Guide des Egarés, il explique, par allusion ou parfois de manière directe, que le but de ces commandements réside dans l’intention véritable qui se dissimule derrière eux, et non dans leur mode d’application effective. Ainsi écrit-il à propos des sacrifices que "toutes ces prescriptions s’adressaient à ceux qui avaient la volonté (d’offrir des sacrifices)", soulignant que celui qui n’en offre pas ne commet aucune faute (partie 3, chapitre 46). Pour lui, l’intention dissimulée tant derrière l’édification du sanctuaire que derrière les sacrifices est liée au combat contre l’idolâtrie. L’idolâtrie se pratiquant, à l’époque de la Torah, à travers la construction de temples et le sacrifice à des idoles, Dieu avait autorisé, dans un cadre étroitement défini, l’utilisation des mêmes pratiques au profit de son culte, car c’est celles qui étaient alors universellement en usage.

Dans un passage remarquable (partie 3, chapitre 32), il montre comment son approche distinguant entre le but réel et le mode d’application de ces commandements s’appuie sur le message le plus authentique de la prophétie d’Israël : "Ce passage [où Jérémie soutient que Dieu n’a pas commandé les sacrifices, chap. 7, versets 22 et 23] a paru difficile à tous ceux dont j’ai vu ou entendu les discours. Comment, disaient-ils, Jérémie a-t-il pu dire de Dieu qu’il ne nous a rien prescrit au sujet des holocaustes et des sacrifices, puisqu’un grand nombre de commandement ne se rapportent qu’à cela ?

Mais le sens de ce passage revient à ce que je t’ai exposé [ici Maimonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
paraphrase Jérémie, comme si Dieu s’dressait directement à nous] : "Ce que j’ai principalement pour but, dit-il, c’est que vous me perceviez et que vous n’adoriez pas d’autre que moi : Je serais votre Dieu et vous serez mon peuple. La prescription d’offrir des sacrifices et de vous rendre au Temple n’avait d’autre but que d’établir ce principe fondamental, et c’est pour cela que j’ai transféré ces cérémonies à mon nom, afin que la trace de l’idolâtrie fut effacée et que le principe de mon unité fût solidement établi. Mais vous avez négligé ce but et vous vous êtes attachés au moyen ; car vous avez douté de mon existence (..) ; vous continuez à vous rendre au Temple et à offrir les sacrifices, qui ne sont pas le but que l’on avait principalement en vue".

Nous n’avons plus de Temple aujourd’hui, ni de culte sacrificiel. Mais en commençant, avec la parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
Trouma, à aborder le texte décrivant ces deux sujets, l’injonction divine, relayée par Jérémie, puis par Maimonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
, reste entière : cherchons dans ces textes de la Torah la véritable nature du texte divin, ce qui fait sens pour nous aujourd’hui dans notre recherche spirituelle, sans accorder aux moyens décrits dans ce texte la valeur et la sainteté qu’ils n’ont plus.

Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Alain Michel – Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
à Jérusalem et historien

copyright Jerusalem Post

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?