Accueil > Le mouvement Massorti > Témoignages

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

En tant que rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
et pour ceux qui connaissent mon parcours d’ancien juif orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, je suis souvent confronté à cette question, qui m’est posée autant par des juifs orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
que par des réformés ou des laïques.

Les membres de ma propre communauté me posent eux-mêmes parfois cette question, cherchant à délimiter cette frontière insaisissable qui les différencie des membres d’autres courants du judaïsme. Certains pourraient imaginer que depuis tout ce temps, j’aurais trouvé une réponse type mais en vérité, il n’est pas simple de donner une définition tranchée de ce qu’est le judaïsme « conservative Conservative Nom américain du courant Massorti, deuxième grand courant du judaïsme américain. "Conservateur" car opposé au mouvement de la réforme.  ». Je suis continuellement contraint de remanier mes réponses. Mais je n’en suis nullement gêné, puisque les réponses stéréotypées représentent, selon moi, moins souvent un défi que celles qui sont davantage « corsées ».

Au début, j’ai pris l’habitude de donner la réponse facile qui consiste à dire que le judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
se situe quelque part entre le judaïsme orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
et le judaïsme réformé, en n’étant pas aussi sévère que le premier et pas aussi indulgent que le second. Néanmoins, cette réponse toute simple pose problème. D’abord, elle nous définit par ce que nous ne sommes pas. Or, le judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
exprime avant tout ce que nous sommes, comment nous agissons et ce en quoi nous croyons, plutôt que ce que nous nions. Par ailleurs, cette définition limitée nous fait passer pour une solution de compromis, certains diraient, pour un « supermarché de valeurs », ce qui n’est absolument pas mon point de vue.

Il existe une autre réponse légèrement plus sophistiquée, selon laquelle nous adhérons à la tradition tout en acceptant la modernité. Bien que cela soit vrai, je ne pense pas que nous puissions l’utiliser pour définir notre singularité. Comme je l’ai mentionné, j’ai grandi dans un foyer orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, et mes parents se percevaient certainement comme des juifs à la fois traditionnels et modernes. Il existe aujourd’hui peu de courants du judaïsme qui rejettent intégralement la modernité, et je ne parle pas que de l’acceptation de la technologie moderne. Je pense également à l’intériorisation de valeurs humanistes modernes. J’ai récemment eu l’occasion de lire le livre de Simcha Cohen Cohen
cohanim
Prêtre de la tribu de Lévi qui servaient dans le Temple de Jérusalem. Privilège héréditaire transmis de père en fils depuis Aaron, frère de Moïse.
De nos jours le Cohen n’a plus qu’un rôle honorifique dans le judaïsme.
qui s’intitule « Le foyer juif ». Cet ouvrage admet qu’il « serait mensonger d’affirmer que nous n’avons absolument pas été influencés par la perception non-juive du travail, et notamment du travail hors de la maison pour les femmes, et il serait inexact de dire que les femmes Haredi Haredim
Haredi
"Craignant [Dieu]" Fondamentalisme juif apparu au 19ème siècle en réaction contre la modernité. Toute nouveauté est à rejeter, en tout cas suspecte, sinon sur des détails techniques. Les Haredim sont assionistes, parfois radicalement antisionistes. Le reste du monde juif, y compris orthodoxe, est considéré comme déviant, à convertir ou à combattre. Pour s’en protéger, on évite au maximum le contact avec le monde extérieur. Ce fondamentalisme est rarement violent physiquement. Il existe pas mal de nuances et ce n’est pas un monde homogène. Ce monde ne manque pas de personnalités intéressantes et maintient une belle flamme de l’étude juive traditionnelle.
vont travailler uniquement pour soutenir leur foyer. En d’autres termes, des ultra orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
aux juifs laïques, nous sommes tous confrontés à cette même tension entre tradition et modernité, deux notions que nous ne pouvons, ni l’une ni l’autre, ignorer.

Puis j’en suis arrivé à la réponse suivante : le juif Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
est quelqu’un qui est fidèle à la fois à la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. et au concept de pluralisme. Cette idée fait généralement froncer les sourcils de mes interlocuteurs. Comment ces deux concepts peuvent-ils se concilier ? Bien qu’il soit relativement facile de montrer en quoi le pluralisme fait partie intégrante du système halakhique (il suffit de penser à la maxime : “Elou V’Elou Divrei Elohim Haim” – Celles-ci comme celles-là (les différentes opinions exprimées en matière de Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. ), “sont la voix d’un Dieu vivant), il est plus difficile de démontrer en quoi un Juif respectueux de la halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. peut adopter une attitude pluraliste à l’égard des juifs non-pratiquants, de personnes d’autres confessions ou de non-croyants. Je suis profondément convaincu que ceci n’est pas seulement possible mais impératif, et je vous encourage à ce titre à lire, “A heart with many rooms” par le rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
néo orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
David Hartmann, qui traite largement de cette question.

Quoi qu’il en soit, le problème que je rencontre avec cette nouvelle définition ne se pose pas par rapport à l’aspect pluraliste de l’équation mais plutôt concernant le côté halakhique. C’est un fait, regrettable sans doute, que de nombreux juifs Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
ne se considèrent pas comme des observants de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. . Pour être honnête, je ne suis pas sûr qu’ils aspirent tous à le devenir.

Récemment, pendant les vacances, alors que j’observais la foule très diverse des personnes qui étaient venues prier dans notre synagogue, une autre définition du judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
m’est venue à l’esprit et je souhaiterais la partager avec vous. Je pense que le judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
est un judaïsme pour tous et qu’il fait l’effort louable de chercher à être accessible à tous. Je vais tenter d’expliquer ce que cela signifie :

Les professeurs Jacob Katz et Moshe Samet définissent l’orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
comme un phénomène de réaction. Leur thèse repose sur l’idée que l’orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
ne constitue pas la continuation directe du judaïsme tel qu’il existait avant le siècle des Lumières. Une partie du caractère nouveau de l’orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
repose sur sa lutte contre ceux qui ont choisi la modernité face à la tradition. Cette réaction mena les leaders du judaïsme orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
à adopter des décrets tels que, la nécessité d’éviter de manger la cuisine d’un juif non observant, de ne pas le compter éventuellement dans le minyan Minyan "Nombre", assemblé de 10 juifs adultes (majorité religieuse) nécessaire afin de dire certaines prières ou exécuter certains rites (kaddish, lecture de la Tora, kedousha...). Ce groupe représente l’ensemble du "peuple d’Israël". Dans le mouvement Massorti, certaines de nos communautés comptent également les femmes et pas seulement les hommes. (et encore moins d’y compter une femme), et d’interdire à un/une juif/ve non observant d’épouser un/une orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
. Par conséquent, l’orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
fit le choix des barrières, des contrôles et de la préservation d’un judaïsme « sûr », pour ceux qui s’y étaient engagés, en mettant l’accent sur sa structure hiérarchique. De nombreux sociologues diraient que l’instrument le plus efficace pour créer une communauté est de marquer d’une manière ou d’une autre ceux qui n’y appartiennent pas. Les leaders orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
font clairement bon usage de cet outil.

Pour continuer dans cette ligne de pensée, je souhaiterais dire que la chose unique et stimulante à propos du judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, est qu’il s’agit d’un judaïsme traditionnel avec des frontières ouvertes. Lorsque Solomon Schechter Schechter Schechter - R. Solomon (Roumanie, Allemagne, Autriche, Angleterre, Etats-Unis, 1847 - 1915). Un des fondateurs du mouvement Conservative aux Etats-Unis. Il doit sa célébrité à ses travaux de recherche à l’université de Cambridge sur la Gueniza du Caire. A partir de 1902 et jusqu’à sa mort, il fut le président du Jewish Theological Seminary en Amérique. , l’un des fondateurs et des leaders du judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
aux Etats-Unis, cherchait à définir son rôle, il parlait d’un « judaïsme du peuple juif tout entier », restreignant donc le besoin d’un mouvement spécifique, puisqu’il s’adressait à tous.

Cette définition du judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, pouvant être défini comme « tradition aux frontières ouvertes », me vint à l’esprit en voyant le mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
en action en Israël. L’un des projets les plus émouvants lancé par le mouvement là-bas est celui de la Bar/Bat Mitzvah pour le Special Child Project (enfants handicapés). Lorsque Judith Edelman Green établit ce projet il y a dix ans sous la direction du mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, elle souhaitait montrer que le judaïsme devait être accessible (au sens littéral comme figuré), à tous, quels que soient les limites que certaines personnes pouvaient rencontrer… Depuis, ce programme a aidé des milliers d’enfants paralysés cérébraux, trisomiques, retardés mentaux, sourds, autistes et aveugles, à trouver des façons innovantes de faire leur propre montée à la Torah. Personne n’est écarté en raison de la sévérité de son handicap. Les personnes qui participent à ces cérémonies pour la première fois sont souvent émues aux larmes, face à la profonde émotion et à la joie qui se lisent sur les visages de ces enfants. Grâce à « l’ouverture des frontières », les enfants qui n’auraient pas eu la chance de pouvoir célébrer leur entrée dans l’âge adulte, dans un autre cadre juif, trouvèrent là une maison spirituelle. Ceci, est pour moi, l’essence même du judaïsme Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
. La conviction que notre base commune à tous est la volonté de faire partie de la religion juive et le fait que nos cœurs sont tournés vers Dieu.

Ce concept signifie que nous ne devons pas repousser des gens de notre mouvement et de nos synagogues, tout comme il ne faut pas les discriminer, sur des critères de sexe, de préférence sexuelle, ou de degré d’observance religieuse. Je suis conscient que cette dernière phrase risque bien de rendre furieux certains lecteurs, parmi lesquels des juifs Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
. « Comment tracer une limite ? » s’interrogeront certains, ce qui est certes, une question légitime. Je répondrais que cela dépend beaucoup de ce sur quoi nous choisissons de nous concentrer. Le judaïsme a la réputation d’être doué pour fixer des limites. Pourquoi ne nous concentrerions nous pas pour changer sur la souplesse de ces limites ? J’admets volontiers que ce principe nous confronte à des défis majeurs. D’entrée, cela ne nous permet pas de nous différencier d’autres juifs puisque nous souhaitons que n’importe quel juif puisse sentir qu’il partage quelque chose avec le judaïsme. Cela rend également impossible de récompenser les plus pratiquants d’entre nous, bien que nous percevions le respect de la halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. comme l’une des valeurs que nous chérissons le plus. En d’autres termes, nous ne pouvons pas utiliser les fidèles pour repousser les « pêcheurs ». Il est vrai, qu’il est tellement plus facile de ressentir que nous « appartenons » à quelque chose, uniquement parce que d’autres, eux n’y appartiennent pas. Mais le défit est précisément de réussir à former un groupe qui ne définisse pas en tant qu’ « autre », tout en préservant un sens de communauté et d’engagement, ce qui est tout sauf simple.

Néanmoins, ce sont des défis que je suis fier d’essayer de relever, puisqu’ils me permettent d’appliquer la notion de responsabilité mutuelle à l’égard de tous mes frères et puisque cela me permet d’enrichir mon judaïsme d’une énorme diversité de points de vue, qui le défient et l’aident continuellement à grandir et se développer.

Avi Deutsch est rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
en Israël

Traduction Noemie Taylor

Messages

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Bonsoir,

merci beaucoup pour cet article que j’aime beaucoup ; très bien écrit (et traduit) et intéressant.
Je côtoie depuis le début de l’année la communauté Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. et c’est cette ouverture qui me plaît, entre autres (en plus de l’accueil de la communauté mais c’est une autre histoire).

Le sidour Siddour
Sidour
Sidourim
Livre de prière. Vient du mot "ordre" סדר, car le rituel doit être récité dans un certain ordre. Celui employé pour les fêtes s’appelle également Mahzor. Il existe des quantités de variantes, mais le principe est toujours le même dans toutes les communautés juives.
que j’ai découvert en est un bel exemple.
Pour moi, le sidour Siddour
Sidour
Sidourim
Livre de prière. Vient du mot "ordre" סדר, car le rituel doit être récité dans un certain ordre. Celui employé pour les fêtes s’appelle également Mahzor. Il existe des quantités de variantes, mais le principe est toujours le même dans toutes les communautés juives.
Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
est un des plus intelligents que j’ai eu l’occasion de lire.
Il y a la version en hébreu pour ceux qui savent lire, la version en français pour ceux qui ne le savent pas (et puis aussi pour ceux qui le savent car c’est toujours intéressant de comprendre ce qu’on dit), des indications si il faut se lever ou se rasseoir, quelle page lire (sauf dans quelques cas mais c’est de toutes façons dit par l’officiant) mais aussi la prononciation des chants les plus importants.
En effet, il ne doit rien avoir de plus frustrant que de ne pouvoir participer à Lekha dodi qui, selon moi, est la prière la plus sympa :-)

En gros, qu’on ait eu une éducation religieuse ou non, tout est fait pour qu’un maximum de personnes puisse participer à l’office.

Je suis également allé pour la première fois à l’office de shabbat matin (depuis ma bar mitsvah et ma période de colo, la première fois que j’assiste à cet office sans une raison telle qu’une bar mitswah ou un repas shabbatique).
QUand on monte à la Thora, un papier nous est remis avec les explications : là encore, implication d’un maximum de personnes dans cette mitswah.

(petite parenthèse : j’ai été impressionné par le nombre de personnes ayant lu dans la Thora : 7 personnes ont pu lire ; dans la plupart des syna où je suis allé, seule une personne le faisait. Là encore, implication supplémentaire)

David

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

un mouvement respectueux de la halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. , qui prie en hébreu (biblique) qui étudie le talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
(en araméen) qui lit les commentaires de Rachi rashi
Rachi
Rabbin médiéval, Chlomo ben Yitshak, vécu en France du nord (1040-1105). Premier commentateur systématique du Tanakh et du Talmud
(en écriture rachi rashi
Rachi
Rabbin médiéval, Chlomo ben Yitshak, vécu en France du nord (1040-1105). Premier commentateur systématique du Tanakh et du Talmud
) peut-il vraiment accueillir TOUS les juifs, même ceux qui ne connaissent pas l’hébreu, même ceux qui sont agnostiques, même ceux qui n’ont jamais mis les pieds en Israël mais qui, néanmoins, et j’en connais, se reconnaissent inconditionnellement comme juifs, qui se sentent viscéralement solidaires avec leur état de juif et qui pour rien au monde, même au péril de leur existence, n’accepterait de renier leur judaïcité ?

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Réponse : oui par la pédagogie et l’effort de traduction, d’explication, de modernisation du discours ; enfin par le respect total de la liberté de conscience et de pratique, par l’ouverture à toutes les idées et le refus de toute censure ou langue de bois. Enfin par l’accueil sans jugement aucun de l’autre, quel qu’il soit.

Cordial Shalom

Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Yeshaya Dalsace

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

C’est intéressant : est ce qu’une communauté se définit par ceux qui n’en font pas partie ou par ceux qui en font partie. Est ce que le contour du cercle définit le cercle, et dans quelle mesure l’espace du cercle (les points de la surface) peut il accepter sa définition par les points du périmètre, qui sont quand même moins nombreux...

Ca me fait penser à la réflexion d’Elias Canetti, dans "masse et puissance", qui définit une masse fermée comme ne cherchant pas à s’étendre (comme le judaïsme), mais posant au contraire des conditions d’admission, et une masse ouverte qui vit de chercher à faire des disciples (genre le christiannisme, ou pas mal d’idéologies politiques), qui ne demande pas aux adeptes de faire particulièrement un travail sur eux même, mais plus ou moins d’adhérer au mouvement d’expansion de la masse en cherchant eux même à faire d’autres disciples.

Les masses ouvertes ont souvent une expansion impressionnante, mais elles meurent aussi, faute de s’étendre. Les masses fermées perdurent, quoi qu’il arrive....

Bon ce n’est pas une apologie de la fermeture... juste un lien avec des lectures profanes.

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Le sacré dans la Torha n’est-il pas le contour des lettres ?
Il apparaîtrait suivant nos maîtres que la blancheur du parchemin entre le texte revête le caractère suprême du sacré...
La lecture de ce dernier commentaire m’a fait immédiatement penser à cela .

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Oui oui, il y a aussi une réflexion que j’ai lue sur le coeur de la Torah : numériquement, le nombre de mots de la Torah est pair, donc le coeur de la Torah est un espace entre deux mots. Et ces deux mots sont midrach Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
et midroch, donc le coeur de la Torah a un rapport avec l’interprétation (celle du passé, celle du présent...). J’ai trouvé ça dans un livre de M. A. Ouaknin mais lui même l’a trouvé dans la tradition...

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Saadia 16 05 2012

Je viens de lire l article sur le Mouvement Masorti.

Dans le mouvement Masorti que demande t’on a une personne voulant se convertir au judaisme au niveau Halahique ?
Est ce l’application des 613 Mitsvots ?

Qu’est-ce que le judaïsme Massorti ?

Lisez les articles sur la conversion au judaïsme http://www.massorti.com/-Se-convertir-au-Judaisme-. De toute façon les 613 mitsvot ne sont jamais pratiquées par un individu. Nous demandons un engagement dans la pratique des mitsvot et la reconnaissance de leur valeur et autorité.
Mais nous sommes plus conciliants que l’orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
pour les candidats qui peinent à s’impliquer à fond, ce qui ne veut pas dire que ces candidats en sont exemptés.

Yeshaya Dalsace

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?