Accueil > Judaïsme > Halakha (Loi juive) > Rituel

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

Faut-il ou non marquer son retour au judaïsme par une cérémonie ?

Introduction :

De nombreux juifs se sont convertis au christianisme durant ces dernières décennies et en particulier à la suite de la deuxième guerre mondiale. Le retour aux racines juives est devenu chose courante. D’après la stricte Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. , ces personnes sont halakhiquement juives (du moment que leur mère est juive). Elles peuvent donc réintégrer le judaïsme sans autre forme de procès. Le mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
recommande néanmoins que ces personnes se plongent dans un mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
. Voici pourquoi :

Historique du problème :

À l’époque talmudique aucune procédure spéciale n’a été enregistrée. Il semble que la repentance intense ait été considérée suffisante.

A l’époque des Gueonim Gaon
Gueonim
Geonim
"Génie". Maîtres du judaïsme du 9ème au 11ème siècle en Babylonie et Israël. Leur œuvre est très importante dans la mise en place d’une norme halakhique.

Ne pas confondre avec le Gaon de Vilna immense personnalité rabbinique qui vécut au 18ème siècle.
, on exigeait de l’ex-apostat de s’engager à respecter le shabbat et les mitsvot. Certains pensaient qu’il devait être fouetté. Rav Paltoi Gaon Gaon
Gueonim
Geonim
"Génie". Maîtres du judaïsme du 9ème au 11ème siècle en Babylonie et Israël. Leur œuvre est très importante dans la mise en place d’une norme halakhique.

Ne pas confondre avec le Gaon de Vilna immense personnalité rabbinique qui vécut au 18ème siècle.
considère que le pénitent doit être immergé.
Au moyen âge, on cessa de demander que le pénitent soit battu bien que Ibn Adret et Rashi rashi
Rachi
Rabbin médiéval, Chlomo ben Yitshak, vécu en France du nord (1040-1105). Premier commentateur systématique du Tanakh et du Talmud
l’exigent encore. Rabbi Simha de Spire (voir Or Zaroua 1.112) considère que tout pénitent doit passer par le mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
. Cependant, on trouve chez les Tossafot Tossafot Rabbins médiévaux (12ème-14ème siècle) du nord de la France, Angleterre et Allemagne. Elèves de l’école fondée par Rashi. Très importants commentateurs du Talmud qui cherchent à harmoniser celui-ci et résoudre les apparentes contradictions. l’opinion que ce mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
n’est pas nécessaire, la repentance suffirait. Rabbi Meir Hacohen de Rotenbourg pense que le mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
n’est pas suffisant et qu’il faut également une repentance sincère. Preuve supplémentaire, que la pratique du mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
était courante à l’époque. Rabbi Eliezer de Worms exigeait tout un processus de pénitence couronné par un mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
(voir Rokeah 23 édition non censurée).

Dans l’Espagne du 14e siècle, cette pratique du mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
comme cérémonie de réintégration au judaïsme était tout à fait courante. Rabbi Yom Tom ben Abraham pense même que cela doit se faire devant un Beit Din de trois personnes. (voir Nimouké Yossef sur Yevamot 47b) Yossef Karo (dans le Beit Yossef) ramène positivement cette pratique du mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
sans considérer qu’elle soit obligatoire.


בית יוסף יורה דעה סימן רסח

וכתב עוד ישראל שחטא ועשה תשובה דכולי עלמא שורת הדין אינו צריך טבילה אלא קבלת חבירות
בפני בית דין לכתחלה ואף על פי כן טובל הוא מדרבנן משום מעלה דומיא דעבד משוחרר שאין טבילתו אלא מדרבנן וכ"כ בתוספות עכ"ל

Le mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
est exigé par le Levush ainsi que par David ibn Zimra.
Au 15e siècle, plusieurs commentateurs ashkénazes rapporte la coutume que le pénitent se rase totalement le corps avant de se plonger dans le mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
. Rabbi Isserlein considère cependant qu’il ne faut pas trop humilier le pénitent déjà suffisamment affligé comme cela.

Le Maguen Abraham considère que ce mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
peut même se faire le shabbat ! (Ce qui montre l’importance qu’il accorde à cette cérémonie)

מגן אברהם סימן שכו ס"ק ח

מומר שרי לטבול כיון דאינו מדאורייתא כמ"ש שם סוף הסי’ וכ"מ ביבמות דף מ"ז ע"ב דלר"י מטבילין גר בשבת

Par la suite, il semble que cette pratique soit un peu tombée en désuétude, tout en étant encore appliquée par certains, car plusieurs sources du 18e siècle considèrent qu’il ne faut pas être trop exigeant là-dessus.

Conclusion :

La pratique d’un mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
pour un apostat, représente une coutume très ancienne. Il va de soi que le fait d’avoir abandonné le judaïsme ou de ne pas avoir été élevé en son sein, laisse des traces psychologiques et identitaires. Il est important, sans pour autant humilier la personne, que celle–ci comprenne que son retour au judaïsme doit être effectif. À une époque où il est si facile de changer d’identité et de pratiques, ou un certain esprit de syncrétisme peut faire des dégâts, il peut sembler d’autant plus important de marquer son retour au judaïsme par une cérémonie symbolique officielle.

La personne revenant au judaïsme devrait le déclarer officiellement devant un Beit Din représentant la communauté en déclarant clairement son intention d’abandonner toute croyance incompatible avec le judaïsme, puis aller se plonger dans un mikvé Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
sans faire de bénédiction.

La personne pourra alors être accueillie officiellement et chaleureusement dans la communauté. Nul ne doit lui rappeler ses torts passés.

Cependant, si quelqu’un est revenu au judaïsme de façon sincère et de notoriété publique sans avoir fait cette cérémonie, on ne doit rien exiger d’elle.

Yeshaya Dalsace sur la base d’une Teshouva Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
du CJLS CJLS Committee on Jewish Law and Standards du mouvement Massorti américain, comité rabbinique discutant de Halakha de 1947 par Rabbi Boaz Cohen Cohen
cohanim
Prêtre de la tribu de Lévi qui servaient dans le Temple de Jérusalem. Privilège héréditaire transmis de père en fils depuis Aaron, frère de Moïse.
De nos jours le Cohen n’a plus qu’un rôle honorifique dans le judaïsme.

Messages

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

Vous êtes de vrais malades !
Foutez la paix aux gens !

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

Cher Monsieur,

nous n’obligeons personne à se plier à cela. Nul n’est obligé de se reconnaître dans la tradition juive. Un apostat est par définition loin de cette tradition et donc "on lui fout la paix". Par contre, s’il désire se rapproprier son judaïsme, il est fort possible qu’il soit le premier à avoir besoin de marquer le coup par un cérémonial. Il n’y a rien de malade là-dedans, mais seulement du rituel et donc du sens.

Yeshaya Dalsace

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

Je suis désole de dire ça mais :
très très très léger comme article.

On voit certains avis mais la problématique n’est pas vraiment explique.
Qu’elle est l’idée de base touchant l’identité juive qui divise les Hahamim ?
Pourquoi selon vous maintenant il faut restaurer cela ?

1- Un apostat est et restera juif, il sera juger en tant que tel par Ashem. On ne peu se libérer de son identité juive.

2- Votre conclusion est extrêmement hâtive : "Il va de soi que le fait d’avoir abandonné le judaïsme ou de ne pas avoir été élevé en son sein, laisse des traces psychologiques et identitaires", mais justement la techouva, c’est faire un retour : revenir psychologiquement et identitairement a une situation pure sans (ou avant la) faute. Dans l’optique d’une vrai techouva le mikve Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
semble bien de trop !

- Peut être la "vrai techouva" n’est que théorique et très difficile en pratique ? d’ou l’importance d’un mikve Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
.
- D’un autre cote obliger le mikve Mikvé
Mikve
Mikveh
Bain rituel, doit répondre à des normes strictes. Il doit contenir une quantité minimale (taille d’une toute petite piscine) et être alimenté par une source vive (ou eau de pluie) mais pas par de l’eau du robinet.
pourrait aussi faire croire qu’on peu se détacher des chaines de sa judaite
... etc etc ....

Votre évidence me semble bien rapide au yeux de ces points et une explication/étude bien plus sérieuse me semble obligatoire si vous voulez paraitre plus crédible.

Amicalement

Retour au judaïsme d’un apostat ou d’un enfant d’apostat

C’est en effet un résumé, mais il apporte plusieurs sources importantes et une base de réflexion. Libre à chacun d’en faire ou non quelque chose.

Quand vous dites les "Hakhamim", cela n’a pas de sens puisque plusieurs sources ramenées dans l’article sont des Hakhamim qui demandent une telle cérémonie. Comme le conclut l’article, on ne saurait pour autant l’exiger.

Il faudrait également un large développement de la question psychologique... (manque de temps) Sur cet aspect, le rôle même d’une cérémonie est de permettre à l’individu d’assoir sa Teshouva Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
dans du symbolique, c’est la base même de tout rituel...

Dans le Judaïsme on se méfie des intentions sans support actif. L’acte prime. Cette position déjà très ancienne, voir sources, me semble donc parfaitement logique, mais peut-être pas pour tout le monde. C’est en tout cas une option que nous proposons à ceux qui seraient concernés.

Yeshaya Dalsace

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?