Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre des Nombres - ספר במידבר > מסעי Massey - Voyages - 44

Texte de la Parasha Massey en français

Texte de la Parasha Massey en français

Nombres 33.1 - 36.13 -

Dans une longue énumération, notre Parasha   retrace les différentes étapes de 40 ans de pérégrination dans le désert. Le peuple se trouve devant Jéricho, près à conquérir la terre, quelques lois sur la possession territoriale sont rappelées.

Les différentes étapes dans le désert

Voici l’itinéraire des enfants d’Israël, depuis qu’ils furent sortis du pays d’Egypte, selon leurs légions, sous la conduite de Moïse et d’Aaron.

Moïse inscrivit leurs départs et leurs stations sur l’ordre de l’Eternel ; voici donc leurs stations et leurs départs.

Ils partirent de Ramsès dans le premier mois, le quinzième jour du premier mois ; le lendemain de la Pâque, les enfants d’Israël sortirent, triomphants, à la vue de toute l’Egypte, tandis que les Egyptiens enterraient ceux que l’Eternel avait frappés parmi eux, tous les premiers-nés, l’Eternel faisant ainsi justice de leurs divinités. Les enfants d’Israël partirent de Ramsès, et s’arrêtèrent à Soukkot.

Ils repartirent de Soukkot et campèrent à Ethâm situé sur la lisière du Désert.

Puis ils partirent d’Ethâm, rebroussèrent vers Pi-Hahiroth, qui fait face à Baal-Cefôn, et campèrent devant Migdol.

Ils partirent de devant PiHahiroth, se dirigèrent, en traversant la mer, vers le désert, ils marchèrent trois journées dans le désert d’Ethâm et s’arrêtèrent à Mara.

Partis de Mara, ils arrivèrent à Elim. Or, à Elim étaient douze sources d’eau et soixante-dix palmiers, et ils y campèrent. Puis ils repartirent d’Elim, et campèrent près de la mer des joncs.

Ils repartirent de la mer des joncs, et campèrent dans le désert de Sin. Ils repartirent du désert de Sîn, et campèrent à Dofka.

Ils repartirent de Dofka et campèrent à Alouch.

Ils repartirent d’Alouch et campèrent à Rephidîm où il n’y eut point d’eau à boire pour le peuple. Ils repartirent de Rephidîm et campèrent dans le désert de Sinaï.

Ils repartirent du désert du Sinaï et campèrent à Kibroth-Hattaava.

Ils repartirent de Kibroth-Hattaava et campèrent à Hacérotb. Ils repartirent de Hacêroth et campèrent à Rithmâ.

Ils repartirent de Rithmâ et campèrent à Rimmôn-Péreç.

Ils repartirent de Rimmôn-Péreç et campèrent à Libna.

Ils repartirent de Libna et campèrent à Rissa. Ils repartirent de Rissa et campèrent à Kehêlatha.

Ils repartirent de Kehêlatha et campèrent au mont Chéfer.

Ils repartirent du mont Chéfer et campèrent à Harada.

Ils repartirent de Harada et campèrent à Makhêloth.

Ils repartirent de Makhêloth et campèrent à Tahath.

Ils repartirent de Tahath et campèrent à Tarah.

Ils repartirent de Tarah et campèrent à Mitka.

Ils repartirent de Mitka et campèrent à Haschmona.

Ils repartirent de Haschmona et campèrent à Mossêroth.

Ils repartirent de Mossêroth et campèrent à BenêYaakan.

Ils repartirent de Benê-Yaakan et campèrent à Hor-Haghidgad.

Ils repartirent de Hor-Haghidgad et campèrent à Yotbatha.

Ils repartirent de Yotbatha et campèrent à Abrona.

Ils repartirent d’Abrona et campèrent à Asiongaber.

Ils repartirent d’Asiongaber et campèrent au désert de Cîn, c’est-à-dire à Qadêch.

Ils repartirent de Qadêch et campèrent à Hor-la-Montagne, à l’extrémité du pays d’Edom.

Aaron, le prêtre, monta sur cette montagne par ordre de l’Eternel, et y mourut. C’était la quarantième année du départ des Israélites du pays d’Egypte, le premier jour du cinquième mois. Aaron avait cent vingt-trois ans lorsqu’il mourut à Hor-la-Montagne.

C’est alors que le Cananéen, roi d’Arad, qui habitait au midi du pays de Canaan, apprit l’arrivée des enfants d’Israël...

Puis, ils partirent de Hor-la-Montagne et vinrent camper à Tsalmona.

Ils repartirent de Tsalmona et campèrent à Pounôn.

Ils repartirent le Pounôn et campèrent à Oboth.

Ils repartirent d’Oboth et campèrent à lvvê-I-Iaabarim, vers les confins de Môâb.

Ils repartirent d’Iyyîm et campèrent à Dibôn-Gad.

Ils repartirent de Dibôn-Gad et campèrent à Almôn-Diblathayim.

Ils repartirent d’Almôn Diblathayim et campèrent parmi les monts Abarim, en face de Nébo.

Ils repartirent des monts Abarim et campèrent dans les plaines de Môâb, près du Jourdain qui est vers Jéricho.

Ils campaient sur la rive du Jourdain, depuis Bêth-Hayechimoth jusqu’à Abêl-Hachittîm, dans les plaines de Môâb.

Recommandations contre l’idolâtrie

L’Eternel parla à Moïse dans les plaines de Môâb, près du Jourdain vers Jéricho en disant : « Parle aux enfants d’Israël en disant : Quand vous aurez passé le Jourdain pour atteindre le pays de Canaan, vous chasserez devant vous tous les habitants de ce pays, vous anéantirez tous leurs symboles, toutes leurs idoles en métal vous les anéantirez et vous ruinerez tous leurs hauts-lieux.

Vous conquerrez le pays et vous vous y établirez ; car c’est à vous que je donne le pays pour en prendre possession.

Vous lotirez ce pays, par la voie du sort entre vos familles, aux plus nombreux vous augmenterez leur patrimoine et aux moins nombreux vous réduirez leur patrimoine, à chacun, l’endroit sur lequel le sort sera tombé lui appartiendra ; c’est selon vos tribus de vos pères que vous hériterez.

Or, si vous ne chassez pas devant vous tous les habitants de ce pays, ceux d’entre eux que vous aurez épargnés seront comme des clous dans vos yeux et comme des aiguilles dans vos flancs : ils vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez ; et alors, ce que j’ai résolu de leur faire, je le ferai à vous-mêmes. »

Les limites de la terre promise

34

L’Eternel parla à Moïse en disant : « Ordonne aux enfants d’Israël et dis-leur : Comme vous allez entrer dans ce pays de Canaan, voici le territoire qui vous tombera en héritage : le pays de Canaan selon ses limites.

Vous aurez pour côté méridional du désert de Cîn, sur la lisière d’Edom ; cette limite du midi commencera pour vous à la pointe de la mer Salée à l’orient, puis la limite s’infléchira, par le midi, vers la Maaleh-Aqrabbîm, elle passera vers Cîn et son aboutissement sera au midi de Qadêcb-Barnéa : sortira vers Hatsar-Addar, passera vers Açmôn ; d’Açmon la ligne déviera vers le torrent d’Egypte, et se terminera à la Mer.

Et la frontière occidentale, c’est la Grande Mer qui vous en tiendra lieu et ce territoire sera pour vous la frontière occidentale.

Voici quelle sera pour vous la frontière au nord : de la Grande Mer vous tracerez une ligne à Hor-laMontagne ; de Hor-la-Montagne vous la tracerez jusqu’à Hémath, et les extrémités de la frontière seront à Cedad ; puis la frontière sortira vers Zifrôn, et elle aura pour terme Hatsar-Enân : telle sera pour vous la frontière au nord.

Pour la frontière à l’orient, vous tirerez une ligne de Hatsar-Enân vers Chefâm ; de Chefâm, la frontière descendra jusqu’à Ribla, la frontière descendra à l’orient d’Ayîn ; puis la frontière descendra encore, elle suivra le bord oriental de la mer de Kinnèreth ; puis la frontière descendra vers le Jourdain, et son extrémité sera la mer Salée.

Tel sera votre territoire selon ses limites tout à l’entour. »

Moïse ordonna aux enfants d’Israël, en disant : « C’est là le territoire que vous vous partagerez au sort, et que l’Eternel a ordonné d’attribuer aux neuf tribus et demie. Car, la tribu des descendants de Ruben selon leurs familles paternelles, la tribu des descendants de Gad selon les leurs, l’ont pris, et la demi-tribu de Manassé, ont déjà pris leur possession : les deux tribus et la demi tribu ont pris leur possession sur la rive du Jourdain faisant face à Jéricho, du côté de l’orient. »

Les chefs des conquérants

L’Eternel parla à Moïse en disant : « Voici les noms des hommes qui doivent prendre, pour vous, possession du pays : Eléazar, le prêtre, et Josué, fils de Noun ; plus un chef, un chef par tribu que vous chargerez d’entrer en possession du pays. Voici les noms de ces hommes : pour la tribu de Juda : Caleb, fils de Yefounné ; pour la tribu des enfants de Siméon Samuel, fils d’Ammihoud ; pour la tribu de Benjamin : Elidad, fils de Kislôn ; pour la tribu des enfants de Dan : le chef Bouki, fils de Yogli ; quant aux descendants de Joseph, la tribu des enfants de Manassé : le chef Hanniél, fils d’Efod, et pour la tribu des enfants d’Ephraïm : le chef Kemouêl, fils de Chiftân. Pour la tribu des enfants de Zabulon : le chef Eliçafân, fils de Parnakh ;pour la tribu des enfants d’Issachar : le chef Paltïel, fils d’Azzân ; pour la tribu des enfants d’Aser : le chef Ahihoud, fils de Chelomi ; et pour la tribu des enfants de Nephtali, le chef Pedahel fils d’Ammihoud. »

Tels sont ceux à qui l’Eternel ordonna de répartir entre les enfants d’Israël, le pays de Canaan.

La part urbaine des Lévites

35

L’Eternel parla à Moïse dans les plaines de Môâb, près du Jourdain vers Jéricho, en disant : « Ordonne aux enfants d’Israël et qu’ils donnent aux Lévites, sur leur part de possession, des villes pour qu’ils y habitent, et un terrain, autour de ces villes, vous donnerez également aux Lévites. Les villes leur serviront pour l’habitation ; et les terrains seront pour leur bétail, pour leurs biens, pour tous les besoins de leur vie.

Ces terrains des villes que vous donnerez aux Lévites auront à partir du mur de la ville, un rayon de mille coudées. Vous mesurerez, extérieurement à la ville, deux mille coudées du côté de l’orient, deux mille coudées du côté du midi, deux mille coudées du côté de l’occident et deux mille coudées du côté du nord, ayant pour centre la ville : telles seront pour eux les terrains des villes.

Ces villes que vous devez donner aux Lévites sont, les six villes de refuge, que vous accorderez pour que le meurtrier s’y sauve ; en outre, vous y ajouterez quarante-deux villes. Total des villes que vous donnerez aux Lévites quarante-huit villes, elles sont leurs terrains. Et les villes que vous devez distraire de la propriété des enfants d’Israël, et vous prendrez plus du plus grand, au moindre vous demanderez moins : chacun à proportion de la part qu’il aura héritée, cédera de ses villes aux Lévites. »

Les villes de refuges

L’Eternel parla à Moïse en disant : « Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur : Comme vous allez passer le Jourdain pour gagner le pays de Canaan, vous préparerez pour vous des villes ; elles seront pour vous cités d’asile là s’enfuira le meurtrier, homicide par imprudence.

Ces villes seront pour vous un asile contre le poursuivant, afin que le meurtrier ne meure point avant d’avoir comparu devant l’assemblée pour être jugé. Quant aux villes que vous donnerez, vous aurez six villes de refuge. Vous accorderez trois de ces villes en deçà du Jourdain, et trois villes vous accorderez dans le pays de Canaan ; elles seront villes de refuge.

Pour les enfants d’Israël comme pour l’étranger et celui qui est domicilié parmi eux, ces six villes serviront d’asile, où pourra se réfugier quiconque a tué une personne involontairement.

Que s’il l’a frappée avec un instrument de fer et qu’elle en soit morte, c’est un assassin ; l’assassin doit être mis à mort. Si, ayant en main une pierre qui peut donner la mort, il l’a frappée et qu’elle meure, c’est un assassin ; l’assassin doit être luis à mort. Ou si, en tenant dans la main un objet en bois pouvant donner la mort, il l’a frappée et elle est morte, c’est un assassin ; l’assassin doit être mis à mort.

C’est le vengeur du sang qui fera mourir l’assassin ; quand il le rencontre, qu’il le fasse mourir. Si c’est par haine qu’il l’a heurtée ou lui lance quelque chose avec préméditation, et qu’elle en meure, ou si, par inimitié, il lui porte un coup avec la main et qu’elle meure, l’homicide doit être mis à mort, c’est un assassin ; le vengeur de sang devra le tuer quand il le rencontre.

Mais s’il l’a heurtée fortuitement, sans hostilité, ou s’il a jeté quelque objet sur elle sans dessein de l’atteindre ; ou c’est avec une pierre qui peut causer la mort, et que sans voir il l’a fait tomber sur quelqu’un et qu’il meure ; et qu’il n’est pas son ennemi et ne lui veut pas de mal, l’assemblée sera juge entre l’homicide et le vengeur de sang, en s’inspirant de ces règles. Et cette assemblée soustraira le meurtrier à l’action du vengeur du sang, et elle le fera reconduire à la ville de refuge où il s’était retiré ; et il y demeurera jusqu’à la mort du grand prêtre, qu’on aura oint de l’huile sacrée.

Mais si le meurtrier vient à quitter l’enceinte de la ville de refuge où il s’est retiré, et que le vengeur du sang le rencontre hors des limites de sa ville de refuge, et que le vengeur du sang tue le meurtrier, il n’est pas coupable du meurtre.

Car il doit rester dans sa ville de refuge jusqu’à la mort du grand prêtre ; et après la mort du grand prêtre le meurtrier pourra retourner au pays de sa possession.

Ce sera pour vous comme ordonnance de droit dans toutes vos générations, dans toutes vos demeures. Celui qui tue une personne, c’est sur une déclaration de témoins qu’on fera mourir l’assassin ; mais un témoin unique ne peut déposer contre un individu pour faire exécuter une personne. Vous n’accepterez point de rançon pour la vie d’un meurtrier, s’il est reconnu coupable de mort : il faut qu’il meure.

Vous n’accepterez pas non plus de rançon pour dispenser quelqu’un de s’enfuir dans sa ville de refuge, afin de pouvoir revenir habiter dans le pays avant la mort du prêtre. Et vous ne rendrez point coupable le pays où vous demeurez.

Car le sang rend coupable le pays ; et à la terre il ne sera fait expiation du sang qui a été versé que par le sang de celui qui l’a répandu. Ne souillez point le pays où vous habiterez, dans lequel je résiderai ; car moi, Dieu, je réside au milieu des enfants d’Israël. »

Dernières précisions sur l’héritage des filles

36

Les chefs de famille de la descendance de Ghilad, fils de Makhir, fils de Manassé, de la lignée des enfants de Joseph, se présentèrent et parlèrent devant Moïse et devant les phylarques, principaux chefs des enfants d’Israël ; ils dirent : « L’Eternel a ordonné à mon seigneur d’attribuer le pays en héritage, par la voie du sort, aux enfants d’Israël ; et à mon seigneur il a été enjoint par l’Eternel d’attribuer l’héritage de Celofhad, notre père, à ses filles. Or, qu’elles deviennent les épouses des fils de l’une quelconque des tribus d’Israël, leur héritage sera retranché de l’héritage de nos pères, s’ajoutera à l’héritage de la tribu où elles auront passé, et de notre lot patrimonial, il sera retranché. Et quand le Jubilé aura lieu pour les enfants d’Israël, leur héritage sera joint à celui de la tribu à laquelle elles appartiendront, et du patrimoine de la tribu de nos pères leur part restera retranchée. »

Moïse enjoignit aux enfants d’Israël, sur l’ordre de l’Eternel, en disant : « La tribu des enfants de Joseph a bien parlé. Voici ce que l’Eternel a prescrit au sujet des filles de Celofhad en disant : elles pourront épouser qui bon leur semblera ; toutefois c’est de membres d’une famille de leur tribu paternelle qu’elles deviendront les épouses. Et aucun héritage, chez les enfants d’Israël, ne sera transporté d’une tribu à une autre tribu, mais chacun des enfants d’Israël demeurera attaché à l’héritage de la tribu de ses pères. Toute fille appelée à hériter, parmi les tribus des enfants d’Israël, c’est de l’un des membres de la famille de sa tribu paternelle qu’elle sera l’épouse ; afin que les enfants d’Israël possèdent chacun l’héritage de leurs pères, et qu’aucun héritage ne soit transporté d’une tribu à une tribu différente, car les tribus des enfants d’Israël, resteront chacune attachée à leur héritage. »

Comme l’Eternel l’avait ordonné à Moïse, ainsi agirent les filles de Celofhad. Ma’hlâ, Tirçâ, Hogla, Milka et Noa devinrent les épouses des fils de leurs oncles. C’est des membres des familles issues de Manassé, fils de joseph, qu’elles devinrent les épouses, et leur héritage resta dans la tribu de leur souche paternelle.

Tels sont les préceptes et les statuts que l’Eternel imposa, par l’organe de Moïse, aux enfants d’Israël, dans les plaines de Môâb, au bord du Jourdain vers Jéricho.

Clôture du livre des Nombres

Ecouter la Parasha   cantilée

Cantillation séfarade

http://www.massorti.com/son/parasha...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?