Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre de la Genèse - ספר בראשית > ויגש Vayigash - Il s’approcha - 11

Texte de la Parasha Vayigash en français

Texte de la Parasha Vayigash en français

Genèse 44.18 - 47.27 -

Alors Juda s’avança vers lui, en disant : « De grâce, seigneur ! que ton serviteur fasse entendre une parole aux oreilles de mon seigneur, et que ta colère n’éclate pas contre ton serviteur !

car tu es l’égal de Pharaon.

Mon seigneur avait interrogé ses serviteurs, disant : « Vous reste-t-il un père, un frère ? »

Nous répondîmes à mon seigneur : « Nous avons un père âgé, et un jeune frère enfant de sa vieillesse : son frère est mort, et lui, resté seul des enfants de sa mère, son père le chérit. »

Tu dis alors à tes serviteurs : « Amenez-le moi, que je l’examine. »

Et nous répondîmes à mon seigneur : « Le jeune homme ne saurait quitter son père ; s’il quittait son père, il en mourrait. »

Mais tu dis à tes serviteurs : « Si votre jeune frère ne vous accompagne, ne reparaissez point devant moi. »

Or, de retour auprès de ton serviteur, notre père, nous lui rapportâmes les paroles de mon seigneur. Notre père nous dit : « Retournez acheter pour nous quelques provisions. »

Nous répondîmes : « Nous ne saurions partir. Si notre jeune frère nous accompagne, nous irons ; car nous ne pouvons paraître devant ce personnage, notre jeune frère n’étant point avec nous. »

Ton serviteur, notre père, nous dit : « Vous savez que ma femme m’a donné deux enfants. L’un a disparu d’auprès de moi, et j’ai dit : « Assurément il a été dévoré ! » et je ne l’ai point revu jusqu’ici. Que vous m’arrachiez encore celui ci, qu’il lui arrive malheur et vous aurez précipité cruellement ma vieillesse dans la tombe. »

Et maintenant, en retournant chez ton serviteur, mon père, nous ne serions point accompagnés du jeune homme, et sa vie est attachée à la sienne ! Certes, ne voyant point paraître le jeune homme, il mourra ; et tes serviteurs auront fait descendre les cheveux blancs de ton serviteur, notre père, douloureusement dans la tombe.

Car ton serviteur a répondu de cet enfant à son père, en disant : « Si je ne te le ramène, je serai coupable à jamais envers mon père. »

Donc, de grâce, que ton serviteur, à la place du jeune homme, reste esclave de mon seigneur, et que le jeune homme reparte avec ses frères. Car comment retournerais-je près de mon père sans ramener son enfant ? Pourrais-je voir la douleur qui accablerait mon père ? »

Joseph se fait connaitre à ses frères

45

Joseph ne put se contenir, malgré tous ceux qui l’entouraient. Il s’écria : « Faites sortir tout le monde d’ici ! »

Et nul homme ne fut présent, lorsque Joseph se fit connaître à ses frères.

Il éleva la voix en pleurant.

Les Egyptiens l’entendirent, la maison de Pharaon l’entendit et il dit à ses frères : « Je suis Joseph ; mon père vit-il encore ? »

Mais ses frères ne purent lui répondre, car il les avait frappés de stupeur.

Joseph dit à ses frères : « Approchez-vous de moi, je vous prie. » Et ils s’approchèrent. Il reprit : « Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Egypte. Et maintenant, ne vous affligez point, ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ce pays ; car c’est pour le salut que le Seigneur m’y a envoyé avant vous. En effet, voici deux années que la famine règne au sein de la contrée, et durant cinq années encore, il n’y aura ni culture ni moisson.

Le Seigneur m’a envoyé avant vous pour vous préparer une ressource dans ce pays, et pour vous sauver la vie par une conservation merveilleuse. Non, ce n’est pas vous qui m’avez fait venir ici, c’est Dieu ; et il m’a fait devenir le père de Pharaon, le maître de toute sa maison, et l’arbitre de tout le pays d’Egypte.

Hâtez-vous, retournez chez mon père et dites lui : « Ainsi parle ton fils Joseph : Dieu m’a fait le maître de toute l’Egypte ; viens auprès de moi, ne tarde point ! Tu habiteras la terre de Gessen, et tu seras rapproché de moi ; toi, tes enfants, tes petits-enfants, ton menu et ton gros bétail, et tout ce qui t’appartient. Là je te fournirai des vivres car cinq années encore il y aura famine afin que tu ne souffres point, toi, ta famille et tout ce qui est à toi. »

Or, vous voyez de vos yeux, comme aussi mon frère Benjamin, que c’est bien moi qui vous parle.

Faites part à mon père des honneurs qui m’entourent en Egypte, et de tout ce que vous avez vu, et hâtez vous d’amener ici mon père. »

Il se jeta au cou de Benjamin son frère, et pleura ; et Benjamin aussi pleura dans ses bras.

Il embrassa tous ses frères et les baigna de ses larmes ; alors seulement ses frères lui parlèrent.

Or, le bruit s’était répandu à la cour de Pharaon, savoir : Les frères de Joseph sont venus ; ce qui avait plu à Pharaon et à ses serviteurs.

Invitation des hébreux en Égypte

Et Pharaon dit à Joseph : « Dis à tes frères : Faites ceci : rechargez vos bêtes, et mettez-vous en route pour le pays de Canaan. Emmenez votre père et vos familles, et venez près de moi ; je veux vous donner la meilleure province de l’Égypte, vous consommerez la moelle de ce pays. Pour toi, tu es chargé de cet ordre Faites ceci : prenez, dans le pays d’Égypte, des voitures pour vos enfants et pour vos femmes ; faites-y monter votre père et revenez. N’ayez point regret à vos possessions, car le meilleur du pays d’Égypte est à vous. »

Ainsi firent les fils d’Israël : Joseph leur donna des voitures d’après l’ordre de Pharaon, et les munit de provisions pour le voyage. Il donna à tous, individuellement, des habillements de rechange ; pour Benjamin, il lui fit présent de trois cents pièces d’argent et de cinq habillements de rechange.

Pareillement, il envoya à son père dix ânes, chargés des meilleurs produits de l’Égypte, et dix ânesses portant du blé, du pain et des provisions de voyage pour son père.

Il reconduisit ses frères lorsqu’ils partirent, et il leur dit : « Point de rixes durant le voyage ! »

Ils sortirent de l’Egypte et arrivèrent dans le pays de Canaan, chez Jacob leur père. Ils lui apprirent que Joseph vivait encore, et qu’il commandait à tout le pays d’Egypte.

Mais son cœur restait froid, parce qu’il ne les croyait pas. Alors ils lui répétèrent toutes les paroles que Joseph leur avait adressées, et il vit les voitures que Joseph avait envoyées pour l’emmener, et la vie revint au cœur de Jacob leur père.

Et Israël s’écria : « Il suffit : mon fils Joseph vit encore ! Ah ! j’irai, et je la verrai avant de mourir ! »

Dernière révélation à Jacob

46

Israël partit avec tout ce qui lui appartenait, et arriva à Beer Shava, où il immola des victimes au Dieu de son père Isaac.

Le Seigneur parla à Israël dans les visions de la nuit, disant : « Jacob ! Jacob ! »

Il répondit : « Me voici. »

Il poursuivit : « Je suis le Seigneur, Dieu de ton père : n’hésite point à descendre en Egypte, car je t’y ferai devenir une grande nation. Moi-même, je descendrai avec toi en Egypte ; moi-même aussi je t’en ferai remonter ; et c’est Joseph qui te fermera les yeux. »

Descente en Égypte

Jacob repartit de Beer Shava.

Les fils d’Israël firent monter leur père, leurs enfants et leurs femmes, dans les voitures envoyées par Pharaon pour l’amener.

Ils prirent leurs troupeaux et les biens qu’ils avaient acquis dans le pays de Canaan, et vinrent en Egypte, Jacob, et avec lui toute sa famille : ses fils et ses petits-fils, ses filles et ses petites-filles, et toute sa descendance, l’accompagnèrent en Egypte.

Suivent les noms des enfants d’Israël, venus en Egypte :

Jacob et ses fils.

L’aîné de Jacob, Ruben ; et les fils de Ruben : Hénoc, Pallou, Heçrèn, Karmi ; et les fils de Siméon Yemouël, Yamin, Ohad, Yakhin, Çohar ; puis Chaoul, fils de la Cananéenne.

Les fils de Lévi : Gerson, Kehàth, Merari.

Les fils de Juda : Er, Onàn, Chëla, Péreç et Zérah (Er et Onàn moururent dans le pays de Canaan) ; et les fils de Péreç furent Heçron et Hamoul.

Les fils d’Issachar : Tolà, Pouvva, Yob et Chimron.

Les fils de Zabulon : Séred, Elèn et Yahleél.

Ceux-là sont les fils de Lia, qui les enfanta à Jacob sur le territoire araméen, puis Dina sa fille : total de ses fils et de ses filles, trente trois.

Les fils de Gad : Cifyon, Hagghi,Chouni, Eçbon, Eri, Arodi, Arèli.

Les enfants d’Aser : Yimma, Yichva, Yichvi, Berïa, et Sérah leur sœur ; et les fils de Beria : Héber et Malkïél.

Ceux-là sont les enfants de Zilpa, que Laban avait donnée à Léa sa fille ; c’est elle qui les enfanta à Jacob, seize personnes.

Les fils de Rachel, épouse de Jacob : Joseph et Benjamin.

Il naquit à Joseph, dans le pays d’Egypte (Asenath, fille de Poti-Féra, prêtre d’On, les lui enfanta), Manassé et Ephraïm.

Et les fils de Benjamin : Béla, Béker, Achbél, Ghëra, Naamàn, Ehi, Roch Roch
Rosh
Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d’intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l’auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
, Mouppim, Houppim et Ard’.

Ceux-là sont les fils de Rachel, qui naquirent à Jacob ; en tout, quatorze.

Fils de Dan : Houchim.

Fils de Nephtali : Yahceél, Gouni, Yécer et Chillem.

Ceux-là sont les fils de Bilha, que Laban avait donnée à Rachel sa fille ; c’est elle qui les enfanta à Jacob, en tout, sept personnes.

Toutes les personnes de la famille de Jacob et issues de lui, qui vinrent en Egypte, outre les épouses des fils de Jacob, furent en tout soixante - six personnes. Puis, les fils de Joseph, qui lui naquirent en Egypte, deux personnes : total des individus de la maison de Jacob qui se trouvèrent réunis en Egypte, soixante-dix.

Rencontre entre Jacob et Joseph

Jacob avait envoyé Juda en avant, vers Joseph, pour qu’il lui préparât l’entrée de Gessen.

Lorsqu’ils y furent arrivés, Joseph fit atteler son char, et alla au-devant d’Israël, son père, à Gessen.

A sa vue, il se précipita à son cou, et pleura longtemps dans ses bras.

Et Israël dit à Joseph : « Je puis mourir à présent, puisque j’ai vu ta face, puisque tu vis encore ! »

Joseph dit à ses frères, à la famille de son père « Je vais remonter pour en faire part à Pharaon ; je lui dirai « Mes frères et toute la famille de mon père, qui habitent le pays de Canaan, sont venus auprès de moi. Ces hommes sont pasteurs de troupeaux, parce qu’ils possèdent du bétail ; or leur menu et leur gros bétail, et tout ce qu’ils possèdent, ils l’ont amené. »

Maintenant, lorsque Pharaon vous mandera et dira : « Quelles sont vos occupations ? » Vous répondrez : tes serviteurs se sont adonnés au bétail, depuis leur jeunesse jusqu’à présent, et nous et nos pères. » C’est afin que vous demeuriez dans la province de Gessen, car les Egyptiens ont en horreur tout pasteur de menu bétail.

Joseph négocie la terre de Goshen

47

Joseph vint annoncer la nouvelle à Pharaon, en disant « Mon père et mes frères, avec leur menu et leur gros bétail et tout ce qu’ils possèdent, son venus du pays de Canaan ; et ils se trouvent dans la province de Gessen. »

Puis il prit une partie de ses frères, cinq hommes, et il les mit en présence de Pharaon.

Pharaon dit à ses frères : « Quelles sont vos occupations ? »

Ils répondirent à Pharaon : « Tes serviteurs sont une famille de bergers, de père en fils. Et ils dirent à Pharaon : « Nous sommes venus émigrer dans ce pays, parce que le pâturage manque aux troupeaux de tes serviteurs, la disette étant grande dans le -pays de Canaan. Donc, permets à tes serviteurs d’habiter dans la province de Gessen. »

Pharaon dit à Joseph : « Ton père et tes frères sont venus auprès de toi. Le pays d’Egypte est mis à ta disposition ; établis, dans sa meilleure province, ton père et tes frères. Qu’ils habitent la terre de Gessen, et si tu reconnais qu’il y ait parmi eux des hommes de mérite, nomme-les inspecteurs des bestiaux de mon domaine. »

Rencontre de Jacob et Pharaon

Joseph introduisit Jacob son père, et le présenta à Pharaon ; et Jacob rendit hommage à Pharaon.

Pharaon dit à Jacob : « Quel est le nombre des années de ta vie ? »

Et Jacob répondit à Pharaon : « Le nombre des années de mes pérégrinations, cent trente ans. Il a été court et malheureux, le temps des années de ma vie, et il ne vaut pas les années de la vie de mes pères, les jours de leurs pérégrinations. »

Jacob salua Pharaon, et se retira de devant lui. Joseph établit son père et ses frères et leur donna droit de propriété dans le pays d’Egypte, dans le meilleur territoire, celui de Ramsès, comme l’avait ordonné Pharaon.

Joseph nourrit son père, ses frères et toute la maison de son père, donnant des vivres selon les besoins de chaque famille.

Joseph nationalise l’Egypte

Or, le pain manqua dans toute la contrée, tant la disette était grande ; et le pays d’Egypte et le pays de Canaan étaient accablés par la famine. Joseph recueillit tout l’argent qui se trouvait dans le pays d’Egypte et dans celui de Canaan, en échange du blé qu’ils achetaient, et il fit entrer cet argent dans la maison de Pharaon.

Quand l’argent fut épuisé dans le pays d’Egypte et dans celui de Canaan, tous les Egyptiens s’adressèrent à Joseph, disant : « Donne-nous du pain ; pourquoi péririons-nous sous tes yeux, faute d’argent ?

Joseph répondit : « Livrez vos bestiaux, je veux vous en fournir contre vos bestiaux, si l’argent manque. »

Ils amenèrent leur bétail à Joseph, et Joseph leur donna du pain en échange des chevaux, du menu bétail, du gros bétail et des ânes ; il les sustenta de nourriture, pour tout leur bétail, cette année-là.

Cette année écoulée, ils vinrent à lui l’année suivante et lui dirent : « Nous ne pouvons dissimuler à mon seigneur que, l’argent et le bétail ayant entièrement passé à mon seigneur, il ne nous reste à lui offrir que nos corps et nos terres. Pourquoi péririons-nous à ta vue, nous et nos terres ? Deviens notre possesseur et celui de nos terres, moyennant des vivres : nous et nos terres serons serfs de Pharaon ; tu nous donneras de la semence, et nous vivrons au lieu de périr, et la terre ne sera pas désolée. »

Joseph acquit tout le sol de l’Egypte au profit de Pharaon, les Egyptiens ayant vendu chacun leurs champs, contraints qu’ils étaient par la famine : ainsi la contrée appartint à Pharaon.

A l’égard du peuple, il le transféra d’une ville dans l’autre, dans toute l’étendue du territoire égyptien.

Toutefois, le domaine des prêtres, il ne l’acquit point. Car les prêtres recevaient de Pharaon une portion fixe, et ils consommaient la portion que leur allouait Pharaon, de sorte qu’ils ne vendirent pas leur domaine.

Et Joseph dit au peuple : « Donc, je vous ai acheté aujourd’hui vous et vos terres pour Pharaon. Voici pour vous des grains, ensemencez la terre ; puis, à l’époque des produits, vous donnerez un cinquième à Pharaon ; les quatre autres parts vous serviront à ensemencer les champs, et à vous nourrir ainsi que vos gens et vos familles. »

Ils répondirent : « Tu nous rends la vie ! Puissions-nous trouver grâce aux yeux de mon seigneur, et nous resterons serfs de Pharaon. » Joseph imposa au sol de l’Egypte cette contribution, qui subsiste encore, d’un cinquième pour Pharaon.

Le domaine des prêtres seuls était excepté, il ne relevait point de Pharaon.

Israël s’établit donc dans le pays d’Egypte, dans la province de Gessen ; ils en demeurèrent possesseurs, y crûrent et y multiplièrent prodigieusement.

Ecouter la Parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
cantilée

Cantillation séfarade

11 vayigach
http://www.massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
.com/son/parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?