Accueil > Questions pratiques > Deuil et judaïsme

Le Rituel de la Tohara : la toilette mortuaire

Le Rituel de la Tohara : la toilette mortuaire

résumé d’un responsum du rabbin David Golinkin -

Question :
Quelles sont les sources du rituel de la Tohora et quelles en sont les obligations halakhiques ?

Réponse :

1) L’obligation de laver les morts et de les oindre d’huile n’est pas mentionnée dans la Bible. Ces actions sont mentionnées accessoirement dans la Michna Mishna
Michna
Corpus juridique rabbinique du 3ème siècle. Divisé en 6 ordres. Somme de textes de la Tora orale. La Mishna représente la base du droit hébraïque. Elle donne lieu à un développement : le Talmud.
(Chabbat 23:5) et dans le traité Semahot (1:1-3) sans expliquer la façon dont cela était fait. Puisque ces rituels ne sont pas mentionnés dans la Bible, il est possible qu’ils aient été empruntés au monde grec où les morts étaient lavés et oints d’huile.

2) Au cours de la période des Amoraïm (période talmudique), nous apprenons incidemment du Lévitique rabba (34:10) que Rabbi Yohanan et Reich Lakich ont un jour lavé un mort dans le lac de Tibériade, mais, encore une fois, le midrach Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
n’explique pas le mode opératoire.

3) Au cours de la période guéonique, Rabbi Samuel ben Hophni Gaon Gaon
Gueonim
Geonim
"Génie". Maîtres du judaïsme du 9ème au 11ème siècle en Babylonie et Israël. Leur œuvre est très importante dans la mise en place d’une norme halakhique.

Ne pas confondre avec le Gaon de Vilna immense personnalité rabbinique qui vécut au 18ème siècle.
(mort en 1013) de Soura explique qu’il y a nécessité de lavage et nettoyage mais qu’il n’y a pas de règle fixée à laquelle chacun ne pourrait ni ajouter ou enlever, car tout dépend de la quantité d’eau disponible. Il précise que si subsiste sur la dépouille du sang séché, de l’eau chaude devrait être utilisée afin de l’enlever.

4) Au cours de la période des Richonim Rishonim
Richonim
"Les premiers" : Rabbins commentateurs du Moyen Age (du 11ème au 16ème siècle). Leur rôle dans la mise en place du Judaïsme rabbinique en diaspora occidentale est essentiel. Ils commentent le Talmud et la Halakha. Les plus célèbres sont Rashi, Tossafot (élèves de Rashi), Maimonide, Nahmanide, Meiri, Baal Hatourim, ... Le dernier est Yossef Caro. Après lui on emploi le terme de "Ah’aronim" "les derniers".
(Moyen Age), le rituel de la Tohora est mentionné brièvement par Rachi rashi
Rachi
Rabbin médiéval, Chlomo ben Yitshak, vécu en France du nord (1040-1105). Premier commentateur systématique du Tanakh et du Talmud
, les Tossafistes, le Mordekhai, Maimonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
et le Sefer Hassidim. La dernière source dit : « la personne lavant le mort devrait faire attention à ne laisser subsister aucune salissure sur le corps. »

Il existe cinq sources majeures au rituel de la Tohora dans la période des Richonim Rishonim
Richonim
"Les premiers" : Rabbins commentateurs du Moyen Age (du 11ème au 16ème siècle). Leur rôle dans la mise en place du Judaïsme rabbinique en diaspora occidentale est essentiel. Ils commentent le Talmud et la Halakha. Les plus célèbres sont Rashi, Tossafot (élèves de Rashi), Maimonide, Nahmanide, Meiri, Baal Hatourim, ... Le dernier est Yossef Caro. Après lui on emploi le terme de "Ah’aronim" "les derniers".
 :
a) R. Eliezer de Mayence (mort en 1236) cite Rabbi Juda le Pieux (mort en 1217) selon lequel on apporte de l’eau, la chauffe et lave le corps entièrement, les membres, le visage et la tête. Ensuite on oint la tête d’une mixture d’œufs et de vin.

b) Orhot Haim et Sefer Kol Bo (Provence, début du XIVe siècle) disent que le corps est lavé afin d’enlever toute souillure pour que les gens n’aient pas en dégoût de porter le corps au cimetière. La tête est ointe avec des oeufs battus pour que les fossoyeurs comprennent que le mort est Juif ; les oeufs sont choisis en signe de deuil parce qu’ils symbolisent le cycle de la vie. Cette description est citée par le Rama Isserles
Rama
Rabbi Moshe Isserles, dit le Rama (1530 - 1572), Pologne, plus grand Possek ashkénaze de son temps.
dans le Darké Mochè (YD 352) et dans le Choulhan âroukh, ibid. 352:4.

Orehot Haïm et Sefer Kol Bo ajoutent qu’à Narbonne, ils avaient l’habitude d’enterrer les juifs même au premier jour de Yom Tov et que “chauffer l’eau afin de laver le corps est permis”, même si laver le corps est seulement une “tradition”.

d) La quatrième source est le Testament de Rabbi Eliezer Halevi (mort à Mayence, en 1357). Ce rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
, inconnu par ailleurs, enjoint ses fils de laver entre ses doigts et ses orteils et même le postérieur ; de laver ses cheveux et de les peigner, de couper ses ongles, tout cela afin qu’il arrive aussi propre et pur pour le repos éternel que lorsqu’il se présentait à la synagogue chaque Chabbat.

e) La dernière source médiévale du rituel de la Tohora est le traité appelé Perek Michnat ha-mèt - et ses versions ultérieures - qui fut apparemment écrit par le mystique Joseph Della Reina qui vécut en Espagne juste avant l’Inquisition. Dans tous ces travaux, le mort est lavé plusieurs fois (jusqu’à quarante-deux fois selon une des versions !) accompagné par la lecture de dix bénédictions. Chaque lavage est fait successivement avec de l’eau froide et de l’eau chaude ou tiède et parfois du bicarbonate ou du savon ou encore du myrte sont ajoutés à l’eau.

5) Les Aharonim ( partir du 16ème siècle) furent très influencés par la dernière source, mais ils ajoutèrent qu’après le lavage minutieux du corps, neuf kav (9 mesures de 2,5 litres) d’eau froide devraient être versés sur le corps, ce qui constitue la Tohora principale. Cependant cette partie « principale » est absente de la plupart des sources citées plus haut. Elle est mentionnée seulement dans la quatrième version du Perek Michnat ha-mèt et il est clair que là il s’agit d’une tentative visant à imiter le lavage d’un « baâl keri » , qui était effectué avec un minimum de « neuf kav ». En tout cas, ce n’est pas « la Tohora principale », mais une coutume tardive.

Enfin, de nombreux Aharonim demandent qu’un « examen interne » du corps soit effectué afin d’enlever les matières fécales et la saleté du rectum, en utilisant du savon, de l’eau et des brosses. Cette habitude étonnante pourrait être une conséquence du testament de R. Eliezer Halevi mentionné plus haut, mais ce n’est pas explicitement précisé par aucune des autres sources citées. Rabbi Abraham Danzig rejeta explicitement cette habitude comme un manque de déférence envers le disparu, le non-respect du kevod ha-met, et recommanda de simplement nettoyer l’anus. C’est l’habitude que l’on devait suivre.

En conclusion, la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. demande de bien « laver le mort » et pas davantage. La Hevra Kaddicha du mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
devrait adopter une Tohora simple et digne.
L’objectif devrait être de laver le corps entier, les membres, le visage et la tête afin de ne laisser aucune souillure sur le corps.

La Hevra Kaddicha doit préparer suffisamment de seaux d’eau afin de laver le corps tout entier. Alors le membre le plus âgé de la confrérie demandera pardon au mort si la déférence n’avait pas été respectée.
Si le corps est sale ou plein de sang, il doit être lavé avec l’aide de serviettes et d’eau. Ensuite des seaux d’eau doivent être versés sur toutes les parties du corps. Puis, le corps doit être séché avec des serviettes ou draps propres et habillé du vêtement appelé takhrikhin constitué traditionnellement d’une simple étoffe blanche..
Pendant la Tohora, des versets appropriés (parmi les nombreux versets existants dans les différentes traditions) sont récités.

Puisse Dieu « détruire la mort pour toujours... et essuyer les larmes de tous les visages » (Isaïe 25:8)

Hevra Kaddicha « Confrérie sainte » : La Hèvra kaddicha est la société habilitée à prendre en charge le rituel mortuaire, en vue des funérailles. Elle s’occupe notamment de la toilette mortuaire du corps appelée Tohora : « purification ».

http://www.uscj.org/Guide_to_the_He...

Origine de la Tehora

J’aurais une question pour le Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
DALSACE :

J’aimerais connaître

-  l’origine de la TAHARAH ; je n’ai trouvé aucune réponse précise dans le TALMUD Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.

-  Pourquoi on dépose le corps sur de la paille dans le cercueil

Réponse :

Je ne connais pas la coutume de poser de la paille dans le cercueil. Mais il existe de nombreuses coutumes locales ou qui ne sont plus pratiquées...

Le rite de la Tehora semble très ancien. Mais comme le texte du Professeur Golinkin le précise, peu de sources sur cela, comme sur beaucoup d’autres coutumes qui n’en sont pas pour autant récentes.

La Mishna Mishna
Michna
Corpus juridique rabbinique du 3ème siècle. Divisé en 6 ordres. Somme de textes de la Tora orale. La Mishna représente la base du droit hébraïque. Elle donne lieu à un développement : le Talmud.
Shabbat 23.5 y fait allusion :

עושין כל צורכי המת סכין ומדיחין אותו "on fait tout ce qu’il faut pour le mort, on l’enduit d’huile parfumée, on le lave..."

Ce qui est fort possible, c’est que les détails de ce rite aient été changés au cours des siècles et des diverses influences de rites semblables.

Yeshaya Dalsace

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?