Accueil > Judaïsme > Histoire juive > L’antisémitisme et la Shoa > Et après...

Un très grand "petit homme" : Jacques Stroumsa, 1913-2010

Un très grand "petit homme" : Jacques Stroumsa, 1913-2010

Hommage au rescapé.

Nous avions plus de quarante ans de différence, et pourtant Jacques était vraiment un ami.

Je me rappelle très bien lorsque j’ai fait sa connaissance. Ce devait être début 1988, j’avais commencé à travailler à Yad Vashem depuis peu et, pour un groupe de près de 100 jeunes de France, on m’avait suggéré d’inviter Jacques Stroumsa à témoigner. J’ai été absolument subjugué. Non seulement par son témoignage, bien sûr, que l’on peut retrouver dans son livre au titre si révélateur "Tu choisiras la vie". Mais surtout par deux caractéristiques essentielles de sa personnalité : tout d’abord un dynamisme incroyable, qui paraissait être inversement proportionnel à sa petite taille.

Jacques incarnait la vie même, un équilibre de volonté, de besoin d’aller de l’avant, d’enthousiasme communicatif.

Le deuxième point qui m’a frappé était son incroyable don pour la communication avec les autres. En l’espace de quelques instants, il avait réussi à créer un courant avec ce groupe de jeunes qui non seulement écouta avec attention ses propos, mais ne voulu pas le laisser partir à la fin de la conférence, avide de lui parler et de l’écouter encore. Ce miracle du lien avec l’autre, qui avait sans doute contribué à le sauver lorsqu’il était à Auschwitz, se renouvelait à chaque rencontre, à chaque témoignage.

Car témoigner pour Jacques était une grande partie de sa raison de vivre. Devenu en grande partie sourd et très mal voyant ces dernières années, il a cependant continué à témoigner inlassablement jusque cet été, en Français, Grec, Allemand, Espagnol ou Anglais, car Jacques était aussi polyglotte.

Né en 1913 à Salonique, la Jérusalem des Balkans, il avait fait des études d’ingénieur en France tout en continuant à progresser dans son amour musical : le violon. En 1943, il est déporté à Auschwitz avec sa première femme, enceinte, qui est immédiatement gazée comme une grande partie des proches de Jacques. Lui va devoir sa survie d’abord au fait qu’il devient violoniste dans l’orchestre de Birkenau.

Transféré ensuite à Monowitz (Auschwitz 3), il devient dans ce bagne-usine le premier Juif à travailler comme ingénieur.

Libéré en Allemagne, il a la chance d’être rapatrié vers la France où il va reconstruire sa carrière et une famille, en épousant une rescapée d’Athènes, Laura. Ils auront trois enfants et c’est pour rejoindre leur fils, installé à Jérusalem, qu’ils feront leur "Alya" en Israël en pleine guerre des Six Jours.

Jacques devient alors l’ingénieur responsable de l’éclairage public de la ville de Jérusalem.

Sa réalisation de l’éclairage des murailles de la vieille ville lui vaudra de voyager à travers le monde pour aider d’autres villes à mettre en valeur la nuit leur patrimoine architectural. Faire surgir la lumière de la vie au cœur de la nuit, tout un programme pour un rescapé.

Depuis plus de trente ans, le souvenir de la Shoah était devenu l’une de ses préoccupations principales. Il était inquiet du fait que nous ne sachions pas tirer des enseignements de cette catastrophe. Que l’humanité ne se corrige pas, mais également que le peuple Juif n’apprenne pas de leçon de sa propre histoire. En septembre 2003, j’ai accompagné Jacques en Pologne, lorsqu’il a accepté d’être le témoin qui accompagnait mon groupe d’élèves du Lycée des surdoués de Jérusalem. Ce fut une expérience extraordinaire pour nous tous, élèves comme enseignants. Car entendre Jacques raconter sa propre expérience, c’était aussi l’entendre réfléchir sur le passé, le présent et l’avenir.

Jacques Stroumsa s’est éteint ce dimanche 14 novembre 2010 à Jérusalem.

Têtu et à la fois homme de dialogue, exigeant et en même temps bon et généreux, Juif fier et humaniste, son intelligence, sa sensibilité, son amour de la vie, sa mémoire et sa faconde nous manquerons désormais. Que son souvenir soit béni.

Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Alain Michel, historien

Le témoignage de Jacques Stroumsa sur Akadem

http://www.akadem.org/sommaire/them...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?