Accueil > Judaïsme > Halakha (Loi juive) > Questions de personnes

Mikvé de Nida retardé ou avancé

Mikvé de Nida retardé ou avancé

Dans un cas de force majeure, peut-on devancer l’immersion au Mikvé   ou la reculer ? Dans le cas par exemple, d’un départ en voyage ou encore si on habite loin du Mikvé   et que la fin de la Nida   tombe un vendredi soir, ou que l’on n’arrive pas à se libérer à l’heure habituelle du Mikvé  , c’est-à-dire à la nuit tombante ?

Réponse :

Mikvé de Nida retardé ou avancé

Données du problème :

Les lois de Nida   reposent sur le principe suivant : durant les saignements de règles toute relation est interdite ; après les règles et avant d’avoir un rapport sexuel, la femme doit aller s’immerger dans un Mikvé   (bain rituel ou source naturelle) ; en principe cette immersion se fait la nuit ; on attend 7 jours sans saignements avant d’aller au Mikvé  . Le principe de Nida   reste valable pour tout couple, marié ou non et s’applique même pour un Juif qui vivrait avec une non-juive. La loi rabbinique a accordé une grande importance à cette discipline (en insistant sur les couples mariés) et y voit un des grands axes de la pratique juive, même si de nos jours peu de Juifs la respectent (leur mérite n’en est que plus grand).

Tout d’abord il faut savoir que les 7 jours sans saignements « sheva nekiïm » (7 jours comptés à partir de la fin des règles) sont basés sur une coutume populaire instituée spontanément par les « filles d’Israël » (TB Nida   66a) puis entérinée par les rabbins   (Raavad, Rambam  … y voient une simple coutume, Ramban  , Ritba… y voient une règle rabbinique « issour derabanan » du fait que la coutume fut acceptée par tous). Il s’agit de toute façon d’un interdit moins grave que la première période de Nida   (celle des écoulements) qui correspond à l’interdit de la Tora et les décisionnaires en tiennent compte pour se permettre certains assouplissements quand nécessaire.

Il faut également tenir compte du fait que les sages   voient d’un mauvais œil l’idée de séparer le couple trop longtemps. L’harmonie et l’épanouissement sexuels sont très importants pour le judaïsme. On ne doit donc pas rajouter de séparation supplémentaire à celle de la coutume. Cela explique que l’immersion est autorisée la nuit de shabbat alors que cela pose plusieurs problèmes et des risques de profaner le shabbat. Mais certains décisionnaires préfèrent que l’immersion soit repoussée au 8e jour si le mari est absent… et d’autres pensent même qu’il faut éviter l’immersion shabbat (Voir Rama   YD 197.2). Cependant, le principe : « il faut être laxiste pour ne pas annuler les relations du couple » במקום ביטול עונה יש להקל demeure.

L’immersion doit normalement se faire la nuit : « Rav a dit : le moment venu l’immersion doit se faire la nuit, sinon elle se fait le jour » (TB Nida   67b), mais la Guemara dit ensuite que Rav a changé d’opinion et insiste pour que cela se fasse la nuit. La Guemara donne cependant une série d’autorisations de le faire le 8e jour en journée (danger, froid).
Une des raisons pour lesquelles l’immersion se fait la nuit est d’être certain d’avoir respecté la séparation dans le couple jusqu’au bout du compte des 7 jours complets (donc jusqu’à la nuit puisqu’on compte de soir à soir). Les décisionnaires craignaient que si l’immersion avait lieu le jour, le couple impatient n’attendrait pas la nuit pour avoir une relation et que s’il arrivait qu’après cette relation, on constatait un saignement, le 7e jour ne serait plus valable. Cela explique que la fiancée s’immerge en plein jour car on ne craint pas cette intimité le jour avant son mariage : on sait que le couple attendra (Taz   YD 197.8). Au départ ce compte de 7 jours pleins concernait la Zava (concept de perte de sang sans relation avec le cycle menstruel décrit dans la Tora et qui n’existe plus) ; par extension on l’applique à la Nida  , mais sans le même degré d’obligation de compte de jours pleins.

Une autre raison est que si la mère allait au Mikvé   le jour, cela induirait en erreur sa fille qui, la voyant faire ainsi, penserait que le compte des 7 jours n’est pas nécessaire ou que l’on peut s’immerger le jour même, sans raison exceptionnelle (Selon ce que dit Rabbi Yohanan dans Nida   67b repris par Rama   YD 197.3 et de nombreux décisionnaires).

Si l’immersion a lieu durant la journée du 8e jour, elle est valable et même si elle a eu lieu le 7e jour en journée (Shoulkhan Aroukh   YD 197.5). L’idée d’une immersion le 7e jour est cependant mal vue d’après la Guemara Nida   67b car l’on craint un rapport avant la nuit alors qu’un saignement inopportun durant le reste de ce 7e jour rendrait ce rapport strictement interdit… Les Rishonim   (rabbins   médiévaux) ont tendance à être stricts sur cette question et à désapprouver l’immersion a priori le 7e jour tout en reconnaissant la validité de celle-ci (Rif  , Tour, Ramban  , Rashba,...), mais certains approuvent de le faire même a priori (Raza) et d’autres encore contestent la validité d’une telle immersion même a posteriori (Raavad)…

Mikvé   le 7e jour :

Vu que de nos jours il n’y a pas ici d’interdit de la Tora ; vu que le couple doit se réunir, même pour son simple plaisir et a fortiori pour faire un enfant ; vu que l’immersion est valable même la journée du 7e jour pour la grande majorité des décisionnaires, on peut l’autoriser.

Les deux motifs d’une éventuelle interdiction ne sont plus solides aujourd’hui :

1) Motif que la fille apprenne de façon erronée de la conduite de sa mère (argument de Rabbi Yohanan dans la Guemara repris dans Shoulkhan Aroukh   YD 197.3) : tout d’abord les filles ne sont pas forcément au courant du compte en question ou encore que leur mère va au Mikvé   (la pudeur veut que cela soit ignoré) ; mais surtout, les filles sont aptes de nos jours à comprendre le caractère exceptionnel de l’immersion en journée. Cet argument de la Guemara avait une valeur quand il n’y avait pas de livres, quand on agissait par imitation des anciens et quand la règle n’était pas établie encore clairement. Mais de nos jours, toute fille religieuse sérieuse connait très bien le principe d’attendre la nuit et peut facilement le vérifier en s’instruisant.

2) Motif que le couple aura une relation avant la nuit : si la femme va s’immerger en fin d’après-midi et rentre à l’approche du soir, le risque est mince ; mais surtout, si un couple se donne la peine de respecter la Nida   de nos jours, ce n’est pas pour la transgresser si facilement ; on peut laisser le crédit au couple d’attendre la nuit noire et le compte complet des 7 jours. De toute façon, à l’origine, dans la Guemara, le soupçon de transgression concerne le cas où la femme saignerait à nouveau et serait Zava, or la règle de Zava est annulée (voir Rashi   et Tossafot   sur la Guemara Nida   67b) ; de nos jours elle aurait seulement transgressé une coutume introduite par les filles d’Israël de compter 7 jours, interdit qui ne mérite donc pas une telle rigueur. On ne devrait donc pas repousser une immersion qui est une Mitsva (avec Brakha  ) pour un rigorisme discutable et un doute spéculatif.

Je ne vois aucune raison vraiment solide d’empêcher d’aller au Mikvé   avant la nuit à la fin du 7e jour en cas de force majeure, quand la Guemara et Rabenou Tam dans Tossafot   repris par plusieurs décisionnaires en indiquent clairement la possibilité.

C’est vrai en cas de départ en voyage, d’empêchement professionnel, d’immersion dans un Mikvé   naturel dangereux ou froid, mais surtout la veille de shabbat dans le cas où le fait d’aller au Mikvé   shabbat peut s’avérer difficile du fait de la distance, voire impossible et amener soit à des transgressions du shabbat (notamment du fait du transport), soit au report du Mikvé  . Dans un tel cas, il faudra aller au Mikvé   le vendredi après-midi suffisamment tôt pour avoir le temps de rentrer avant l’allumage des bougies. Bien entendu, une femme habitant à proximité d’un Mikvé   ouvert le vendredi soir doit respecter la coutume d’attendre la nuit. Signalons que des autorités importantes autorisent cette immersion avant shabbat : Moshé Feinstein   (Igrot Moshé YD 3.60), Ovadia Yossef   (YO 5 YD 19) et même le très strict Admour de Tsanz (Divrei Yatsiv YD 106).

Cette solution s’applique également dans le cas de Mikvé   naturel, mer, lac ou rivière dont l’accès de nuit est difficile, trop froid, voire dangereux (ces motifs sont amenés dans la Guemara Nida   67b).

Il faut rajouter que la coutume existe d’aller systématiquement au Mikvé   le vendredi après-midi afin de ne pas se faire remarquer, par souci de pudeur, plutôt que le vendredi soir à un moment où le fait de sortir de la maison et ne pas être à la table familiale est anormal (coutume signalée dans Tsemakh Tsedek 66 qui la désapprouve d’ailleurs, contre l’avis de Rabenou Tam).

Mikvé   retardé :

En cas de voyage, on peut avoir des difficultés à aller au Mikvé   au moment prévu et donc avoir la nécessité, soit d’y aller dans la journée du 7e jour (cas d’un avion le soir du 7e vers un lieu sans Mikvé  ), soit de retarder le Mikvé   à plus tard (si on va vers un lieu ayant un Mikvé  ).

En cas de Mikvé   naturel (mer, lac, rivière), on peut également opter pour le fait d’attendre un jour de plus et aller au Mikvé   durant la journée du 8e jour. C’est autorisé par la plupart des décisionnaires et la Guemara Nida   67b est claire sur cette possibilité (voir Ovadia Yossef   YO 5 YD 19). Dans ce cas, un avantage à aller le jour est de pouvoir mieux vérifier son immersion (la peur du noir pourrait nuire à une plongée complète) et qu’on n’a pas de H’atsitsa sur le corps (élément extérieur faisant obstacle au contact total du corps avec l’eau, de la boue par exemple).

Dans le cas où le Mikvé   devrait tomber le soir de shabbat, cette solution d’attendre après le 7e jour n’est pas bonne car il faudrait alors attendre deux jours (jusqu’au dimanche en journée) et l’option d’y aller dans l’après-midi du vendredi est meilleure.

Mikvé   un jour avant :

Par contre, il y aurait un plus grand problème à aller au Mikvé   la veille au soir (au début du 7e jour de pureté compté à partir du soir) tout en attendant la fin du 7e jour de purification (la nuit du début du 8e) pour avoir des relations sexuelles. Les décisionnaires classiques ne défendent pas cette solution à ma connaissance, mais une vue souple pourrait éventuellement le faire. Je pense qu’on peut l’envisager dans des cas exceptionnels.

Tenir compte des difficultés :

Il faut ajouter que de nos jours, le respect des lois de la Nida   est particulièrement méritoire du fait de la liberté sexuelle et du bas niveau de pratique religieuse général. Ajouter de la séparation à une séparation déjà longue et difficile pour beaucoup de couples (près de deux semaines, parfois plus) revient à non seulement créer d’éventuelles tensions de couples, ce qui n’est nullement le but recherché, ou à rendre ces lois si fastidieuses que bien des gens s’en éloignent… or il ne faut pas « mettre un obstacle sur les pas de l’aveugle » (Lévitique 19.14).

L’idée de ne pas éloigner le couple exprimée dans les sources classiques est plus pertinente que jamais, les tentations étant fortes et les motifs de séparation nombreux. Un couple est une construction fragile qu’il ne faut pas trop entraver. Cependant, un couple solide peut gérer un jour de plus de séparation et choisir l’immersion le 8e jour si cette solution lui semble meilleure (mais la décision doit être concertée et ne pas créer de tensions). Il me semble donc important que le couple prenne ses décisions en toute conscience sur ces problèmes et trouve son épanouissement tout en gardant les principes de la Nida  .

L’idée chère à nos sages   de ne pas repousser la Mitsva de reproduction a perdu de sa pertinence car celle-ci est aujourd’hui beaucoup plus gérable et moins aléatoire que par le passé. Un couple peut surseoir d’une Nida  , attendre un mois pour faire un enfant, et l’on sait très bien calculer et même tester l’ovulation. La plupart des relations sexuelles ne sont pas dans un but de reproduction et se font sous contraceptif. Ce n’est donc plus un argument halakhique très solide pour faciliter les relations sexuelles courantes, comme ce fut le cas dans le passé (l’argument revient dans de nombreuses Teshouvot  ). Je lui préfère donc celle du bien-être sexuel, du Shalom Baït, sauf cas particuliers de problèmes de fécondation.

De nos jours, les gens habitent souvent loin d’un Mikvé   (problème pour le vendredi soir), certains habitent en province sans Mikvé   et n’ont d’autre possibilité que la nature (mer ou lac) ou de voyager vers une grande communauté avec Mikvé   pour s’y immerger (ce qui ne peut souvent se faire que de jour). On voyage facilement et beaucoup vers les endroits les plus exotiques. Les femmes travaillent parfois en soirée et il n’est donc pas simple de se retrouver au Mikvé   local à l’heure voulue, le jour prévu. Durant les vacances et autres occasions, on se trouve régulièrement dans des lieux isolés sans Mikvé   sinon la nature. Dans un tel cas, on ira s’immerger dans un vêtement souple, si se mettre nu est indécent (un maillot de bain trop serré fait H’atsitsa, il faudrait donc le retirer une fois dans l’eau et le donner à une tierce personne). L’absence de « balanit » (femme surveillant le Mikvé  ) n’est pas un vrai problème et celle-ci n’est pas strictement nécessaire. On fera par contre attention à bien plonger sans rien toucher pour que l’immersion soit valable, en s’y reprenant à plusieurs reprises.

Conclusion :

Dans un couple respectant strictement la Nida  , on peut aller au Mikvé   en journée en cas de besoin sérieux et d’empêchement de respecter le principe de la nuit tombée. On peut le faire dès le 7e jour et attendre ensuite le soir. On peut le faire durant la journée du 8e jour. Ces aménagements de temps ne changent rien aux autres règles de la Nida   et du Mikvé  .

Yeshaya Dalsace Tishri   5771

Messages

Probleme de couple et mikvé

Mon mari ne me touche jamais quand je reviens du mikvé  , et j’en ai plus que marre, il me dénigre complètement, pas d’attention, ni d’affection RIEN !
Même quand on s’entend bien il anti affection.
Il est vrai que chaque veille de mikvé   nous nous disputons mais quand bien même il refuse de rétablir un climat de paix.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?