Accueil > Judaïsme > Fêtes juives > Fêtes de Tichri > Yom Kippour

La sainteté du corps

La sainteté du corps

Yom Kippour -

La sexualité à l’honneur du Minha Minha Prière de l’après midi. Porte le nom d’un sacrifice végétal offert quotidiennement au Temple. de Kippour

Pour ma bar-mitzwah, j’ai reçu en cadeau le livre de prière de la fête de kippour (ashkénaze), avec traduction en français. La personne qui me fit ce présent avait eu une louable initiative. En effet, pour quelqu’un qui ne comprend pas l’hébreu (c’était mon cas à l’époque), être à même de suivre et de comprendre ce qui se passe à la synagogue ce jour saint entre tous est très important. Les décisionnaires ont même précisé que la confession (vidouï), que nous disons au total 10 fois au cours de ces 25 heures de kippour, doit être prononcée dans une langue que l’on comprend. Si le jour de kippour est un dialogue entre l’individu et Dieu, comment établir une conversation véritable si l’on ânonne des textes qui restent obscurs ?

Assez rapidement, je me suis aperçu que le seul passage des cinq prières qui n’était pas traduit était celui de la lecture de la Torah de l’office de l’après-midi (minha Minha Prière de l’après midi. Porte le nom d’un sacrifice végétal offert quotidiennement au Temple. ). Voilà qui semble assez étrange. Le principe de la lecture publique de la Torah consiste à faire connaître le contenu de la loi d’Israël à tout à chacun. Pourquoi donc priver les "ignorants" dont je faisais partie d’une découverte d’un passage de la parole divine ? Il se trouve que l’extrait qui est lu concerne les interdits sexuels (Lévitique, chapitre 18 dans son intégralité). Les responsables de l’édition française ont donc considéré qu’il y avait quelque chose de gênant, voir d’honteux, dans ce passage, et ils ont préféré le censurer afin de ne pas choquer les âmes innocentes !

Ce fait n’est pas isolé dans le Judaïsme d’aujourd’hui. Souvent, le sujet de la sexualité est escamoté, camouflé, parfois dans les milieux les plus pieux. Prenons un autre exemple francophone : dans la traduction de Rashi rashi
Rachi
Rabbin médiéval, Chlomo ben Yitshak, vécu en France du nord (1040-1105). Premier commentateur systématique du Tanakh et du Talmud
par le rabbinat, certains commentaires "sexuels" du maître du moyen-âge ont été purement et simplement "oubliés". Mais si ce sujet est scabreux, voire honteux, pourquoi occupe-t-il une place centrale dans la liturgie du jour de Kippour ?

Abordons la réponse à travers un texte très intéressant du Maharal de Prague, dans son livre fameux "le puits de l’exil". Rapportant un texte du Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
parlant des relations sexuels des maîtres d’Israël, il écrit : "Beaucoup de philosophes, parmi ceux qui, à partir de leur seule intelligence poursuivent des investigations au sujet des créatures, soutiennent que tout ce qui touche aux relations entre les sexes est une chose honteuse et dégradante pour l’homme ; ils en viennent à conclure, avec une belle unanimité, que l’instinct sexuel est, pour nous, une chose honteuse.

C’est cette opinion que les Sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". ont voulu réfuter, car elle est inconcevable pour la raison ; il est inconcevable que ce fondement de tout ce qui assure la perpétuation du monde, par le moyen de la reproduction, ait pour base un fait ignominieux. Plus encore, il ne serait pas digne de la Gloire de Dieu que ce qui est la base du monde fût fondé sur un instinct qui serait une honte ; car lorsque la base est viciée, tout ce qui est fondé sur elle s’écroule. C’est pourquoi il faut réfuter une telle opinion. Car il n’y a, dans le fait de l’union de l’homme avec son épouse, aucun aspect dégradant" (cinquième puits, traduction d’Edouard Gourévitch).

Le Maharal, et avant lui tout une série de maîtres de la tradition juive, considérerait sans doute que nous vivons une période étrange. Tandis que la sexualité est devenue objet de consommation et d’abandon des principes moraux les plus élémentaires, ceux qui devraient combattre ce phénomène d’inversion des valeurs refusent de se mesurer avec le sujet, ou bien se contentent d’en parler par allusions discrètes comme s’il s’agissait là d’un sujet opposé aux principes du Judaïsme ! Mais la journée de kippour est justement là pour nous rappeler qu’il n’y a pas de sainteté de l’âme sans sainteté du corps. Nous nous abstenons de manger pour nous rappeler l’importance fondamentale de la nourriture, et que nous avons l’obligation de sanctifier notre manière de manger. De même, nous nous abstenons de relations intimes pendant kippour afin de nous rappeler l’importance positive de la sexualité dans la vie humaine, mais que celle-ci doit être sanctifiée également, sans fausse honte d’un côté, et, de l’autre, sans oubli des frontières qui séparent vie saine de la dépravation.

Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Alain Michel – Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
à Jérusalem et historien

copyright Jerusalem Post

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?