Accueil > Judaïsme > Histoire juive > Les juifs dans le monde

Ouzbékistan juif

Ouzbékistan juif

Il reste actuellement quelques milliers de juifs en Ouzbékistan, principalement à Tachkent, la capitale, à Boukhara et à Samarcande.

Les Juifs sont installés dans ce pays, situé sur la route de la soie, depuis l’Antiquité et l’époque où la région était contrôlée par l’empire perse. La principale communauté était à Boukhara et, au 19ème siècle elle s’est accrue de la venue de Juifs d’Iran fuyant les persécutions.

Quand la région est passée, à la fin du 19ème siècle, sous le contrôle russe, quelques juifs ashkénazes se sont installés à Tachkent. Pendant la deuxième guerre mondiale de nombreux réfugiés juifs de Pologne et des zones occidentales de l’URSS ont trouvé refuge dans cette région.
A l’époque de Brejnev certains ont pu quitter cette république soviétique mais c’est surtout à l’ère Gorbatchev et au moment de l’indépendance du pays (1991) que la grande majorité des Juifs sont partis, principalement en Israël. Ils y ont rejoint une communauté des Juifs de Boukhara qui a donné depuis longtemps son nom à un quartier de Jérusalem. Il reste aujourd’hui quelques milliers de juifs dans le pays alors qu’ils étaient environ 60.000 il y a 30 ans.

A Tachkent la majorité des juifs présents sont d’origine ashkénaze et russophones. En fait beaucoup de juifs locaux (et à fortiori ceux d’origine juive fort nombreux) sont peu pratiquants, comme c’est le cas de beaucoup de juifs russes. A Boukhara la communauté est essentiellement d’origine persane et compte entre 1500 et 2000 personnes. Si le quartier juif est déserté - beaucoup de maisons sont transformées en hôtels ou ont été rachetées par des Ouzbeks - la synagogue du 17ème siècle est toujours en activité. Elle est tenue par un rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
assez âgé mais actif qui a de nombreux liens avec sa famille partie en Israël. Il y a un shohet qui permet d’assurer la cacherout et qui remplit aussi les fonctions de mohel. A deux pas de la synagogue on trouve une école juive tenue par une jeune femme d’origine russe, très active et dynamique. Outre la scolarité ouzbèke, les enfants apprennent l’hébreu, l’histoire et la géographie d’Israël. L’école est laïque et payante car il n’y a pas depuis 1994 d’aide du gouvernement israélien. 160 enfants y font leur scolarité, tous juifs ou d’origine juive.

A Samarcande il y a deux synagogues, une sépharade et une ashkénaze dirigée par un rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
loubavitch Habad
Loubavitch
Chabad
Mouvement Hassidique fondé en Russie par Shniour Zalman de Lyadi à la fin du 18ème siècle. Habad est l’acrostiche de Hokhma-Bina-Daat. C’est un mouvement qui a beaucoup changé et est devenu "missionnaire" et activiste après la Shoa. Imprégné de messianisme, son dernier Rabbi, non remplacé à ce jour, à été considéré comme le Messie par certains adeptes.
. Les deux parviennent à atteindre le minyan Minyan "Nombre", assemblé de 10 juifs adultes (majorité religieuse) nécessaire afin de dire certaines prières ou exécuter certains rites (kaddish, lecture de la Tora, kedousha...). Ce groupe représente l’ensemble du "peuple d’Israël". Dans le mouvement Massorti, certaines de nos communautés comptent également les femmes et pas seulement les hommes. mais guère plus, compte tenu de la faiblesse de la communauté locale.

Il est émouvant de constater ce maintien d’une vie juive active par une communauté maintenant très réduite mais qui réussit à entretenir aussi bien ses écoles que ses cimetières

L’Ouzbékistan est un Etat laïc. : Un mariage ne peut être célébré uniquement à la mosquée et doit d’abord avoir lieu, comme en France, à la mairie.

A côté du culte musulman on trouve non seulement le judaïsme et ses synagogues mais également des églises orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, catholiques et même protestantes. Cela étant, le pouvoir autoritaire du président Karimov veille à éviter toute tentation islamiste : par exemple, c’est lui qui nomme le grand mufti du pays, ce qui évite tout dérapage...

Dans les trois quarts du pays l’islam est tolérant, ouvert et est pratiqué sans excès : les Ouzbeks boivent de la bière ou du vin, les jeunes filles - fort belles - de Tachkent portent des jupes courtes et circulent cheveux au vent, tandis que les hommes barbus sont rares. Une seule exception à ce tableau : le Ferghana, au sud du pays, qui est beaucoup plus islamisé que les autres régions et qui a servi de base à des attentats islamistes en 1999.

Le régime, appuyé tant par les Russes que par les Américains, a pratiqué une répression sévère et aujourd’hui il n’y a pas de menace islamiste. Cependant l’Ouzbékistan a une frontière commune avec le Nord de l’Afghanistan (certes la partie la plus calme du pays) mais la présence de foyers islamistes dans les pays voisins peut entraîner des retours de flamme.

Cette laïcité et la tolérance qu’on trouve dans le pays sont largement un héritage de l’époque soviétique. Celle-ci ne suscite pour les Ouzbeks aucune nostalgie mais a laissé de nombreuses traces. On trouve dans toutes les villes beaucoup de bâtiments de style stalinien (qui côtoient de nombreux édifices de l’époque tsariste de bien meilleure allure), et la bureaucratie locale est fille de celle déjà décrite dans le " Revisor " de Gogol, aggravée par celle de l’ère Brejnev. La plupart des grandes entreprises appartiennent encore à l’Etat qui encourage pourtant l’initiative privée, mais qui ne va pas jusqu’à permettre la sortie libre des bénéfices réalisés dans le pays par des compagnies étrangères. La terre appartient toujours à l’Etat et est donnée en fermage aux agriculteurs pour 50 ans. Les Soviétiques n’ont cependant pas eu que des mauvaises initiatives : la culture est bon marché y compris à l’Opéra de Tachkent, et ce même pour le niveau de vie des Ouzbeks ; le russe reste la langue véhiculaire de base mais on est toutefois surpris par le nombre de ceux qu’ils parlent ou baragouinent le français (ce qui est dû aux nombreux touristes venus de notre pays). A côté de cela , l’Ouzbékistan subit les conséquences désastreuses de l’économie de l’époque soviétique : les usines sont vieillottes (sauf dans l’industrie pétrolière et gazière, ressource numéro un du pays) et la monoculture du coton dans le Ferghana continue de provoquer , en raison de l’eau qu’elle absorbe, l’assèchement des fleuves qui mènent à la mer d’Aral , ce qui conduit à la disparition inéluctable d’une grande partie de ce qui était autrefois une superbe réserve d’eau et de poissons.

Depuis l’indépendance en 1991 du pays, les deux Etats entretiennent des relations diplomatiques normales. Les Israéliens sont présents dans le pays en tant qu’experts agricoles pour favoriser une irrigation moins dépensière en eau. Les voyages entre les deux pays sont libres et de nombreux Ouzbeks viennent faire des études au Technion de Haïfa ou vont travailler quelques années en Israël.

On ne trouve aucune hostilité apparente envers l’Etat juif chez les gens avec qui ont discute, même s’il est certain que les milieux les plus islamisés ne voient pas les relations israélo-ouzbèques d’un très bon œil. En fait, dans toute l’Asie centrale ex-soviétique, les Israéliens ont effectué une percée diplomatique intelligente et bien utile. Dommage que l’aide aux écoles soit devenue inexistante.

Description de Gérard Unger

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?