Accueil > Judaïsme > Fêtes juives > Shabbat

La convivialité du Shabbat pour tous

La convivialité du Shabbat pour tous

Article lu dans Libé, une idée à reprendre… -

Tournant le dos au traditionnel dîner familial, de jeunes juifs préfèrent organiser des soirées avec des amis non juifs.

Vendredi soir, pour les goys, c’est « open shabbat »
Par Marie-Joëlle GROS

Libération QUOTIDIEN : Vendredi 15 septembre 2006
« J ’organise un open shabbat chez moi la semaine prochaine, ça me ferait très plaisir que vous veniez. Il y aura des juifs comme moi, et des non-juifs comme vous. » L’invitation de Judith sonnait comme un privilège. Car avoir des amis juifs, respectueux des traditions, interdit normalement toute proposition de sortie le vendredi soir. Ils font shabbat chez leurs parents. Ça ne se discute pas.
Ce soir-là, les goys étaient dans leurs petits souliers. Intimidés. Autour de la table, il n’y avait pas d’aïeux, d’oncles ni de petits-cousins, mais uniquement des trentenaires. Très pédagogue, Judith a distribué à tous ses convives un mode d’emploi, en neuf étapes. Chants, prières, bénédictions et signification de ce repos imposé en souvenir de la sortie d’Egypte. Les ablutions se sont faites dans la salle de bain, à tour de rôle. Puis chacun a pris sa place à table, autour d’un couscous boulettes fumant cuisiné par la grand-mère. Le dîner s’est déroulé dans un calme quasi religieux, aucun des convives n’osant élever la voix. Puis, à l’heure de se quitter, les discussions se sont enflammées autour de la situation au Proche-Orient.
Depuis, Judith, 35 ans, a organisé quatre nouveaux shabbats, en mêlant toujours juifs et goys. « Ça se fait aux Etats-Unis, explique-t-elle. C’est une façon moderne de vivre le shabbat. » Dans sa famille (père ashkénaze, mère séfarade), on a toujours observé le rite hebdomadaire. Seul problème, « aller dîner systématiquement tous les vendredis soirs chez ses parents quand on a 35 ans, c’est pesant ». Un jour où Judith râlait beaucoup à cette perspective, un copain lui a suggéré d’organiser elle-même le sien. « Pourquoi pas ? J’avais envie de recréer cette ambiance chaleureuse, mais avec ma famille d’adoption : mes amis. »
Petits arrangements. Ses parents ne s’en sont pas offusqués. « Tant que je fais shabbat, ça leur va. » Elle continue de le faire parfois chez eux. « Mais les repas de famille, ça peut avoir un petit côté angoissant. » Parmi ses amis juifs, « la plupart ne sont pas pratiquants ». Elle-même se définit comme « profondément juive, mais pas croyante ». Et si elle respecte l’obligation du shabbat, c’est dans l’idée « d’entretenir la tradition ».
Ceux qui, à l’inverse, ont pris leurs distances semblent dubitatifs : « L’intérêt du shabbat, c’est de voir la famille, souligne un juif ashkénaze non-pratiquant. Donc faire shabbat pour perpétuer la tradition mais sans la famille, c’est une drôle d’idée. » Judith ne s’encombre pas d’une telle contradiction. Elle se félicite de ses petits arrangements avec le dogme, préférant cultiver le judaïsme à sa façon plutôt que d’en subir les contraintes et finir par y renoncer. « Je suis sûre que des juifs très pratiquants ne viendraient pas, confie-t-elle. Il faut une certaine ouverture d’esprit pour comprendre ma démarche. » Judith n’est pourtant pas seule à vouloir démocratiser le judaïsme, le rendre plus accessible. En mai, elle s’est rendue au premier limoud Limoud "Etude". L’étude juive est considérée comme la base même du judaïsme. Il s’agit d’une étude créative, de souffler sur les braises de la Tora pour en faire sortir du feu, de chercher le sens. Qu’importe le sujet, le Limoud est une forme d’exercice spirituel et méditatif qui nourri l’âme. Ce n’est pas l’acquisition d’un savoir encyclopédique, qui lui même ne peut qu’être l’instrument du Limoud, pas sa finalité. (« enseignement », en hébreu) organisé en France. Un rassemblement ouvert aux goys, que Judith qualifie de « raout juif New Age » : conférences sur le judaïsme de Bob Dylan, exposé d’un psychiatre sur les névroses propres aux pratiquants, ou dissection de l’humour juif. Le programme est à la carte et les participants peuvent y étudier le Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
.
Ancrage. « Les Juifs ont longtemps eu tendance à se replier sur eux-mêmes, ils craignaient de perdre leur identité au contact des autres, estime Ruth Ouazana, organisatrice du rassemblement. Mais les mentalités changent. Et s’ouvrir aux non-juifs, c’est aussi un moyen de mieux se faire comprendre. »

Messages

La convivialité du Shabbat pour tous

Shalom,

L’initiative de Judith est louable mais cet article sous-entend à tort qu’un non-Juif n’est jamais invité à participer à un shabbath en famille, traditionnel, ou que cela serait incongru, et semble aussi indiquer qu’un non-Juif n’a pas le droit de fréquenter des lieux d’étude juifs, des synagogues, etc...sauf lorsque cela est explicitement prévu. Le titre même semble dire que seuls les shabbaths de Judith sont ouverts aux non-Juifs (sous-entendu : les autres leur sont fermés).

Faire comprendre à un non-Juif ce qu’est vraiment shabbath et ce qu’est vraiment le judaïsme, il me semble que cela passe par des rituels qui ne sont pas aménagés exprès pour lui mais au contraire lui font prendre conscience naturellement de la beauté de cette religion. Les non-Juifs mentionnés dans l’article ont-ils compris, par exemple, l’importance de la transmission, du "passage du flambeau" de génération en génération à travers le rituel shabbatique ? Ont-ils vu, par exemple, Judith recevoir la bénédiction paternelle ? On peut en douter, vu que les convives avaient tous le même âge...

La convivialité du Shabbat pour tous

C’est un peu tard, mais je viens juste de tomber sur cet article en cherchant les règles strictes à respecter pendant shabbat.
Pour ma part, j’observe à ma manière (du moins j’essaie vraiment) mais pas facile. Je n’y connais rien et je n’ose pas demander à des juifs de m’incruster à ce shabbat qui est si important. Je n’ai pas envi de mettre mal à l’aise ne de me trouver mal à l’aise.

Toi qui as écris ce message, ou toi (un autre) qui me lis peu importe quand pensez-vous vraiment qu’on peut se faire inviter à un shabbat sans avoir l’impression d’être un "intru" ?!

Je passerai de temps en temps en espérant voir une réponse.
Merci d’avance.
E.

La convivialité du Shabbat pour tous

J’ai très souvent invité des non juifs ou des juifs totalement ignorants des règles du shabbat, ils se sont toujours senti les bienvenus et à l’aise. C’est à celui qui reçoit d’expliquer…

Le principe de shabbat est de créer un moment spirituel et fraternel, il ne faut pas que sous prétexte de crainte de la complexité des règles, le shabbat devienne un enfermement. Ne pas confondre la fin et les moyens.

De toute façon, ce qui est difficile c’est la pratique du shabbat du début à la fin et dans tous ses détails. Mais quand quelqu’un est invité à dîner, tous les aspects techniques de la préparation et de la suite des événements ne le concernent pas vraiment.

Pas de difficultés donc et shabbat shalom.

Yeshaya Dalsace

La convivialité du Shabbat pour tous

Merci Yeshaya pour ta réponse. Cela me rassure et me redonne espoir.

Shabbat Shalom !
E.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?