Accueil > Judaïsme > Fêtes juives > Fêtes de Tichri > Rosh Hashana

Seder de Rosh Hashana

Seder de Rosh Hashana

Une belle coutume séfarade prévoit une série d’aliments symboliques accompagnés d’une formule de bénédiction particulière afin de marquer la fête.

Explication du Seder de Rosh Roch
Rosh
Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d’intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l’auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hashana

Ce seder a lieu les deux soirs de Rosh Roch
Rosh
Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d’intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l’auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hachana, en signe de bonheur pour l’année à venir.

Chaque aliment symbolise par un jeu de mot sur la consonance de son nom (souvent celui employé en hébreu ancien) un souhait pour l’année à venir. C’est donc une sorte de midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
alimentaire assez drôle. On peut d’ailleurs s’amuser à créer de nouveau jeux de mots et ajouter des aliments à la liste traditionnelle (haricots blancs, courge, poireau, blette, datte, grenade, pomme trempée dans le miel et tête d’agneau ou de poisson).

Ce seder se fait après le kiddoush Kiddoush
kidoush
kidouch
kiddouch
"Sanctification". Cérémonie familiale consistant à sanctifier le repas de fête ou de shabbat en récitant un texte sur une coupe de vin. Parfois pratiqué à la synagogue.

"Kiddoush Hashem" : sanctification du Nom, le fait de rendre l’idée de Dieu noble et attirante, le but ultime du judaïsme.
et motsi Motsi Bénédiction sur le pain. Cette bénédiction se fait chaque foi qu’on mange du pain et marque en particulier le début d’un repas et a fortiori les repas de shabbat et fêtes. Elle est accompagnée d’un lavage rituel des mains (netilat yadayim). Le pain est trempé dans du sel. afin de l’intégrer au repas.

Lorsque l’on mange, les légumes après le motsi Motsi Bénédiction sur le pain. Cette bénédiction se fait chaque foi qu’on mange du pain et marque en particulier le début d’un repas et a fortiori les repas de shabbat et fêtes. Elle est accompagnée d’un lavage rituel des mains (netilat yadayim). Le pain est trempé dans du sel. , il n’est pas nécessaire de dire de bénédiction particulière sur les légumes (adama).

Par contre, quand on mange la grenade, la datte et les autres fruits on dira la berakha richona (boré péri aetz) car ces fruits ne se mangent pas habituellement avec du pain.

On commence par une datte afin d’honorer les fruits d’Israël.

La datte est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que nos ennemis soient anéantis, ainsi que tous ceux qui nous veulent du mal ». (Nos ennemis sont autant certains humains mais également nos mauvaises pulsions).

La grenade est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que nos mérites soient nombreux comme les grains de la grenade. » (la légende veut qu’il y en ait 613 comme les Mitsvot).

La pomme trempée dans le miel est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que se renouvelle pour nous,une bonne et douce année. »

Les haricots blancs sont accompagnés de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que nos mérites se multiplient, et qu’ils nous blanchissent. » (Ces haricots s’appellent Roubia en hébreu, jeu de mot sur "rab" beaucoup...)

La courge (kra) est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, de déchirer le mal décrété dans notre sentence et que nos mérites soient mentionnés devant Toi ». (jeu de mot sur "kra" et "déchiré" en hébreu)

Le poireau est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que nos ennemis soient décimés. » ("karti", poireau veut dire également "éliminé")

Les blettes (selek) est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que disparaissent nos ennemis et nos tentateurs ». ("selek" = disparaitre)

La tête d’agneau ou de poisson est accompagnée de la formule « Que ta volonté soit, Ô Hashem notre Dieu et Dieu de nos pères, que nous soyons à la tête et non à la queue. »

Tout cela n’est qu’un jeu, mais un jeu qui donne sens et lance l’appétit...

Shana Tova

Yeshaya Dalsace

Texte du Seder à imprimer

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?