Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre de la Genèse - ספר בראשית > לך לך Lekh Lekha - Vas vers toi même - 03

Lekh Lekha et Massorti

Lekh Lekha et Massorti

Parasha Lekh Lekha 5769 -

Drasha à l’occasion des 20 ans de la communauté Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. à Paris.

Notre Parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
, tout comme la vocation d’Abraham, commence par l’expression qui fit couler tant d’encre : Lekh Lekha, « pars pour toi » ou « vers toi-même ».


בראשית פרק יב (א) וַיֹּאמֶר יְקֹוָק אֶל אַבְרָם לֶךְ לְךָ מֵאַרְצְךָ וּמִמּוֹלַדְתְּךָ וּמִבֵּית אָבִיךָ אֶל הָאָרֶץ אֲשֶׁר אַרְאֶךָּ :

Chouraqui traduit par « va pour toi ». La traduction du rabbinat propose, comme souvent, un choix très discutable : « Éloigne-toi ». Segond, tout comme la nouvelle traduction Bayard : « va-t-en » (un peu brutal)…

Dans tout le Tanakh Tanakh Bible juive, divisée en 3 parties Tora, Neviim, Ketouvim , on ne retrouve l’expression Lekh Lekha que dans la Parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
suivante, à la fin de la vie d’Abraham, lorsqu’il reçoit l’ordre d’offrir son fils Isaac en sacrifice.


בראשית פרק כב פסוק ב
וַיֹּאמֶר קַח נָא אֶת בִּנְךָ אֶת יְחִידְךָ אֲשֶׁר אָהַבְתָּ אֶת יִצְחָק וְלֶךְ לְךָ אֶל אֶרֶץ הַמֹּרִיָּה וְהַעֲלֵהוּ שָׁם לְעֹלָה עַל אַחַד הֶהָרִים אֲשֶׁר אֹמַר אֵלֶיךָ :

Signalons que toutes les traductions ne choisissent pas toujours de reproduire la première expression employée pour traduire Lekh Lekha. C’est le cas notamment de la malheureuse traduction du rabbinat qui rend ce deuxième Lekh Lekha par « achemine-toi ». Une véritable castration du texte biblique !

Une troisième occurrence du même verbe « halakh » apparaît lorsque Dieu commande à Abraham de « marcher devant lui » (17.1).

בראשית פרק יז
אֲנִי אֵל שַׁדַּי הִתְהַלֵּךְ לְפָנַי וֶהְיֵה תָמִים

Les commentateurs classiques ont bien évidemment fait le rapprochement entre ces différents emplois de la même racine verbale. Voici notamment ce que dit le Midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
 :

בראשית רבה (וילנא) פרשה לט ט
אמר רבי לוי שתי פעמים כתיב לך לך ואין אנו יודעים אי זו חביבה אם השנייה אם הראשונה, ממה דכתיב אל ארץ המוריה הוי השנייה חביבה מן הראשונה


Rabbi Levi a dit : il est écrit deux fois Lekh Lekha et nous ne savons pas laquelle des deux est la plus importante, la première ou la deuxième. Mais il semble que ce soit la deuxième du fait de l’emploi de l’expression « Terre de Moria ».

On peut s’étonner de la question, la ligature d’Isaac représentant une épreuve autrement plus forte que celle du départ pour Israël.

Le Ari z’’al explique dans son langage cabalistique que dans la vie tout est question de Tikoun, de réparation. Il précise que personne d’autre ne peut réparer ce qu’un individu particulier a comme Tikoun à accomplir. Chaque individu a son chemin particulier à effectuer, son Lekh Lekha. Dans la vie, d’après la Tora, il ne suffit pas d’être un honnête homme, même si ce n’est déjà pas si mal. Il faut savoir partir et se diriger vers son propre but, vers le Tikoun spirituel dont chacun est responsable. Il faut parfois faire fi de son héritage familial, de ses habitudes, de son éducation…

Ce principe du Lekh Lekha, initié par Abraham qui nous le donne en exemple, se trouve au fondement de toute vie spirituelle et plus particulièrement de toute vie juive prise un peu au sérieux.

La vie est un tikoun continu. Chaque étape de l’existence apporte son lot d’épreuves et d’occasions d’avancer un peu plus, vers soi-même.
Le premier Lekh Lekha qui marqua le départ d’Abraham, correspond à la fuite de la tahava, du désir mal géré et malsain au profit d’un désir plus subtil qui correspond à la ahavat hashem.

La deuxième occurrence הִתְהַלֵּךְ לְפָנַי correspond au maintient de l’effort dans la halikha, la marche spirituelle. La stagnation n’étant pas envisageable, en matière de spiritualité et de Tora, il n’y a pas d’alternative, la progression ou la régression.

Le dernier Lekh Lekha, celui de la Akeda, correspond à l’ultime épreuve dans l’existence spirituelle, l’annulation totale de l’Ego.

La question cependant demeure, comment peut-on comparer le dernier Lekh Lekha au premier ? Comment le midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
peut-il poser la question d’une hiérarchie dans l’importance et la difficulté de ces deux Lekh Lekha quand le deuxième exige le sacrifice suprême ?

Le premier représente la base de tout et exige un effort constant. C’est pourquoi a priori il est aussi difficile que le deuxième. Faire un véritable travail sur soi dans la continuité d’une vie représente une exigence infinie. Être digne d’Abraham exige de l’endurance spirituelle et pas seulement la capacité d’un subit élan mystique.

Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. fête ses 20 ans.

20 années de Lekh Lekha !

Adath shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. , grâce à ses courageux fondateurs, a eu l’énorme mérite d’introduire concrètement le mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
dans le paysage juif français. Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. ce n’est pas seulement une communauté particulière, cultivée, sympathique et chaleureuse dans le paysage parisien, mais un élément parmi d’autres d’un grand mouvement juif international qui a tant à apporter à l’avenir du judaïsme français. Nous sommes un maillon dans une chaîne.

A Nice, un rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
assez primaire dont je tairai le nom, aime à faire ce jeu de mot stupide : Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
= « ma sortie », du judaïsme cela va de soi ! Sous-entendu, le mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
représente la porte directe vers l’assimilation et la perte de sens.

C’est bien entendu faire fi de la véritable signification de Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
et de nos ambitions, que ce rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
ignore car on ne peut comprendre ce que l’on méprise sans prendre la peine de le connaître.

Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
possède d’abord le sens de tradition : Massoret, ce que l’on reçoit, basé sur le principe de fidélité au passé, à ce que l’on est. Au Lekha d’Abraham, le « pour toi », « vers toi-même », qui fait que chaque juif qui se respecte se soucie du devenir de la tradition juive, de notre formidable héritage dont nous devons nous sentir responsable.

Tradition indispensable pour se construire, tradition nécessaire et qui manque à tant d’individus déboussolés et sans assise solide en eux-mêmes dans une société qui ne connaît parfois que le mouvement narcissique ancré dans l’immédiateté. Une tradition exige un certain conservatisme et demande à ses membres de tourner leur regard vers le passé, vers la force de l’héritage, vers l’intimité de l’identité, d’épouser une certaine forme d’égocentrisme et d’apologie de soi sans pour autant tomber dans la complaisance. Un Lekha.

Mais Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
possède également un autre sens, celui de transmission, non pas principalement polarisée vers le passé, mais bien vers l’avenir. Pour transmettre il faut s’intéresser à autre chose que soi-même ; il faut accepter de parler à une génération nouvelle, à des gens différents, de problèmes parfois absolument nouveaux. On ne peut avoir l’ambition de transmettre sans une certaine idée de mouvement vers l’autre qui, par nature, est différent, sans oser l’inconnu et la remise en cause.

L’apprentissage par cœur et la répétition ne sauraient à eux seuls constituer une transmission, en tout cas pas lorsqu’il s’agit de quelque chose de vivant comme le sont la spiritualité et la culture, donc le judaïsme. Pour transmettre, il ne faut pas avoir peur du mouvement, de mettre un pied devant l’autre, de se mettre en marche vers le futur et l’inconnu. Il faut accepter le principe de la halikha. Une tradition sclérosée et fossilisée, entièrement tournée vers elle-même dans un enfermement narcissique, un lekha au sens restrictif, ne se transmet pas, elle devient mimétisme. Elle risque même de donner envie à la génération suivante de fuir et de se trouver ainsi, elle-même, vouée à l’oubli. Ne sachant plus écouter - entendre – et décrypter les voix, les signes qui lui parviennent de l’extérieur, cette tradition risque fort de n’avoir plus rien à dire à personne, entièrement enfermée dans son lekha dépourvu de toute ouverture, dans son arche sans fenêtre en laquelle elle étouffe ceux qu’elle était censée protéger et mener à bon port…

Le Lekh lekha d’Abraham est fondateur parce qu’il allie un double mouvement, l’un tourné vers l’intérieur, vers l’intime, l’autre orienté vers le futur et l’inconnu, donc vers l’altérité.

Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
relève exactement du même principe, à la fois tradition et transmission, passé et avenir. Ce mouvement représente la destinée abrahamique par excellence, la loi en marche, la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. , la Tora de vie qui ne stagne pas, la fidélité au Lekha et l’audace du Lekh. L’équilibre subtil du lekh lekha. Équilibre qui s’exprime également dans la forme verbale réfléchie de l’expression הִתְהַלֵּךְ לְפָנַי, à la fois mouvement et vers soi.

Le mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, bien loin d’être une porte de sortie en douceur, constitue au contraire une entrée qui gagne en authenticité, en humanisme et en intelligence, une opportunité à saisir, une chance pour un judaïsme français qui trop souvent sombre dans le passéisme, la sclérose, la bigoterie et parfois même un certain narcissisme malsain sur lequel débouchent inévitablement crispation identitaire et crainte des débats de fond.

Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier. et le réseau de communautés et de sympathisants Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
qui se constitue peu à peu, grâce à nos efforts communs, envers et contre tout depuis 20 ans, à travers le paysage juif français, représentent une alternative viable et nécessaire dont l’influence ne peut aller qu’en grandissant. Nous ne sommes pas un judaïsme au rabais, nous représentons un judaïsme d’avenir, nous sommes l’Histoire juive en marche, nous incarnons l’espoir d’un lekh lekha authentique qui ne finit pas.

Bon anniversaire et Mazel tov Adath Shalom Adath Shalom "Communauté de paix" Première synagogue Massorti en France, située à Paris dans le 15ème. Rabbin Rivon Krygier.  ! Merci et bravo pour tout ce qui a été réalisé en vingt ans, c’est extraordinaire et ce n’est pas fini !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?