Accueil > Culture et liens > Cinéma et judaïsme > Documentaires

Les protocoles de la rumeur

Les protocoles de la rumeur

En DVD -

Un film documentaire sur l’antisémitisme en Amérique aujourd’hui. Enquête autour d’une rumeur après le 11 septembre comme quoi les juifs auraient tout orchestré...

Au lendemain du 11 septembre 2001, des voix se sont fait entendre, partout dans le monde, pour accuser les Juifs d’avoir commandité les attentats de New York et Washington... Une telle mystification n’est pas sans rappeler celle des tristement célèbres Protocoles des Sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". de Sion, prêtant aux Juifs depuis plus d’un siècle l’intention de prendre le contrôle de la planète.

Frappé par le regain d’antisémitisme qui sévit dans son pays, Marc Levin part à la rencontre de tous ceux qui persistent à croire que les Juifs ont orchestré le 11 septembre - et qui contribuent à faire des Protocoles des Sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". de Sion un best-seller. Son périple au coeur de la haine et de l’intolérance commence...

Les Protocoles des sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". de Sion

C’est la plus célèbre des falsifications du XXe siècle, à la base du mythe antisémite du "complot juif mondial". Les Protocoles des Sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". de Sion, parfois surtitrés Programme juif de conquête du monde, forment un texte connu sous deux versions proches, éditées en Russie, d’abord partiellement, en 1903, dans le journal Znamia, puis, dans une version complète, en 1905 et en 1906. Ils se présentent comme le compte rendu détaillé d’une vingtaine de réunions judéo-maçonniques secrètes au cours desquelles un "Sage de Sion" s’adresse aux chefs du peuple juif pour leur exposer un plan de domination de l’humanité.

Les Protocoles sont en fait "lancés" dans le grand public par le Times de Londres du 8 mai 1920, dont un éditorial intitulé "Le Péril juif, un pamphlet dérangeant. Demande d’enquête" évoque ce "singulier petit livre", auquel il semble accorder du crédit. Le Times se rattrape un an plus tard, en août 1921, en titrant "La fin des Protocoles" et en publiant la preuve du faux. Le correspondant à Istanbul du quotidien britannique avait été contacté par un Russe blanc réfugié en Turquie qui, visiblement bien informé, lui avait révélé que le texte des Protocoles était le décalque d’un pamphlet français contre Napoléon III. Le faussaire des Protocoles avait remplacé "la France" par "le monde" et "Napoléon III" par "les juifs". La démonstration de la falsification apportée par le Times n’entame pas le crédit des Protocoles, qui ne cessent d’être présentés en Europe comme la "preuve"du "complot juif international", tout au long des années 30. Le faux fait l’objet de nombreuses éditions, qui ne se limitent plus aux organes antisémites. Ainsi, en France, c’est une maison d’édition reconnue, Grasset, qui les édite, dès 1921, avec de nombreuses réimpressions jusqu’en 1938.

Interview du réalisateur

Marc Levin : "C’est au cours d’un séjour à Jérusalem, il y a une trentaine d’années, que j’ai entendu parler des Protocoles pour la première fois : en le lisant, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un canular ou d’une relique d’un passé à tout jamais révolu ! Et pourtant, au lendemain du 11 septembre, j’ai appris qu’à New York et dans le New Jersey ? là même où je suis né et où j’ai grandi ? des rumeurs circulaient prétendant que les Juifs avaient été prévenus des attentats et qu’aucun d’entre eux n’était venu travailler ce jour-là ! J’ai vraiment eu du mal à y croire. Mais la décision de tourner un documentaire autour des Protocoles n’a pas été simple car plusieurs personnes ont tenté de m’en dissuader, notamment au sein de la profession du cinéma. Lorsque j’évoquais ce projet, on me répondait souvent : "Tu es fou ? Ce n’est vraiment pas le moment ! Ne parle surtout pas de ce livre ! Brûle-le plutôt !" Or, quand j’ai appris que des séries télé adaptées du Protocole étaient diffusées dans le monde arabe, et qu’un hebdomadaire arabe du New Jersey en avait également tiré une série d’articles ? je me suis dit : pourquoi dissimuler cette réalité alors que des millions de gens adhèrent aux Protocoles ? Comment continuer à se mettre la tête dans le sable ? C’est comme cela que le projet est né".

"Je n’ai pas l’esprit d’un satiriste à la Michael Moore . Ce qui m’intéresse, c’est d’entamer un dialogue avec mes interlocuteurs pour sonder les fondements de leur haine et de leur ressentiment. Mais, dans ces cas-là, je cherche constamment à garder mon calme pour tenter de pousser ceux que je rencontre dans leurs retranchements et de faire vaciller leurs certitudes. Il s’agit, pour moi, du plus grand défi qui soit : essayer, coûte que coûte, de pénétrer l’âme d’un type ou d’une fillette de cinq ans qui vocifère des horreurs sur les Juifs. Je sais bien, d’un point de vue rationnel, qu’on ne peut pas changer les gens, mais j’estime que c’est un risque qui en vaut la peine. C’est sans doute là mon héritage d’enfant des années 60..."

"Il est impossible de rester passif. Il faut poursuivre l’offensive. Mais cela ne veut pas dire recourir à la force militaire. Cela veut dire chercher comment poursuivre l’offensive créative et spirituelle, prévenir la folie et s’opposer à l’intolérance. Il est difficile d’être un fanatique du bon sens dans un monde où la terreur, la haine et la peur semblent avoir pris l’avenir en otage et nous avoir ramenés à l’ère médiévale des guerres de religion. Parfois j’aimerais que tous les militants extrémistes ? musulmans, juifs et chrétiens ? se retrouvent sur une île déserte et se livrent à une version particulière du jeu de télé-réalité "Survivor" [Koh-Lanta] : "Convertis-toi ou Meurs". Quelquefois, je me demande si on a sauvé davantage d’êtres humains grâce à Dieu qu’on en a massacrés au nom de Dieu... "

"Les Protocoles" ont donc accompagné les théories xénophobes depuis plus d’un siècle. Parmi ses plus fervents supporters, on citera Henry Ford, fondateur de la firme automobile du même nom, qui en 1927 déclarait dans son journal qu’ils étaient parfaitement en adéquation avec la situation mondiale. Vient ensuite Adolf Hitler, qui dans Mein Kempf soutenait l’"incomparable" lumière jetée par Les protocoles sur le "mensonge" Juif... Les Protocoles sont disséqués, "réhabilités" et disponibles aujourd’hui sur de nombreux sites néo-nazis.

Messages

Les protocoles de la rumeur

Un film qui fait froid dans le dos mais qu’il faut voir, et qui détruit (comme, dans un tout autre registre, l’excellent Borat) la croyance selon laquelle l’antisémitisme n’existe pas aux Etats-Unis ou que "les Américains" sont les amis des Juifs.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?