Accueil > Judaïsme > Fêtes juives > Les jeûnes

Jeûne du 10 Tevet ( janvier)

Jeûne du 10 Tevet ( janvier)

Le 10 Tevet commémore le début du siège de Jérusalem par Nabuchodonosor, roi de Babylone.

Il arriva, en la neuvième année de son règne [de Sédécias], dixième mois, le dixième jour du mois, que Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint contre Jérusalem, lui et toute son armée, et campa contre elle ; et ils bâtirent contre elle des retranchements tout à l’entour. La ville fut assiégée jusqu’à la onzième année du roi Sédécias... (II Rois 25 : 1 et suivants).

Cet événement, qui a eu lieu en 586 avant l’ère chrétienne, a été suivi par la prise de Jérusalem et par la destruction du Premier Temple construit par le roi Salomon.

Suite à cette tragédie, les Juifs furent exilés et ne purent regagner leur pays, pour ceux qui le souhaitaient, que 70 ans plus tard. Trois autres jeûnes sont observés pour marquer ces événements marquants et traumatisants de l’histoire du peuple juif.

Le jeûne du 10 Tevet est donc le premier de la série des jeûnes qui va jusqu’au 9 Av.

Le17 Tamouz, où la première brèche fut creusée dans les murailles entourant Jérusalem par le roi Titus. Cet événement s’est produit à l’époque de la conquête romaine, en 70 après l’ère chrétienne.

Le 9 Av, Ticha BeAv, jour particulièrement tragique de la destruction des deux Temples de Jérusalem.

Le 3 Tichri Tishri
Tichri
7ème mois du calendrier juif. Le 1er et 2 : Rosh Hashana, nouvel an juif. Le 10 : Kippour. Le 15 - 22 Soukot. Le 23 : Shemini Atseret. Signe : balance.
, appelé Tsom Guedalia, où le gouverneur juif de Judée nommé par Babylone, Guedalia Ben Ahiqam, a été assassiné. Ce meurtre a mis fin à la relative tranquillité dont jouissaient encore les Juifs de l’époque.

Le jeûne du 10 Tevet fut instauré dès l’époque de l’exil de Babylone.

C’est un demi jeûne (de l’aube au crépuscule).

C’est le seul jeûne qu’on ne déplace pas s’il se trouve un vendredi. C’est donc la seule fois qu’une parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
de la Torah et une haftara Haftara
Haftarah
Depuis la période talmudique, la lecture de la Tora, chaque shabbat matin est suivie de la lecture de la "Haftarah ". C’est généralement, la personne qui est appelée en 8ème montée (Alya) à la Tora qui lit la Haftara, cette montée est appelée "Maftir". Le texte de cette lecture supplémentaire et hebdomadaire est issu des livres des Prophètes. Elle ne se lit pas dans un rouleau mais dans un livre comportant voyelles et signes de cantilations. Il existe en général un rapport contextuel entre la Parasha et la Haftara.
peuvent être récitées un vendredi après-midi, puisqu’on a l’habitude d’en lire une les jours de jeûne.

En Israël, le 10 Tevet a été désigné par le Grand Rabbinat comme jour du Kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
public
, en souvenir des victimes de la Shoah, dont le lieu et la date du décès sont pour la plupart inconnus. Le rabbinat orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
est plutôt réticent au choix de Yom Hashoa qui tombe toujours en Nissan Nissan Premier mois du calendrier juif. Au printemps. Le 15 Nissan : Pessah. Signe bélier. Le 1er Nissan est un des 4 nouvel ans du judaïsme. , mois durant lequel on ne fait pas en principe de signe de tristesse… Cependant de plus en plus c’est Yom Hashoa qui compte.

Dans les communautés Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, un rituel de Yom Hashoa a même été créé. Le 10 Tevet n’est lui qu’à peine marqué.

Il faut cependant se souvenir qu’il marque le début d’un processus de destruction et que le jeûne, signe de contrition et de Teshouva Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
, marque une prise de conscience. L’expérience humaine montre combien il est important que celle-ci ait lieu au début du processus et non à la fin. D’où la pertinence de marquer le 10 Tevet aujourd’hui.

Il est possible d’après certaines opinions de se contenter de jeûner la première moitié de la journée et de se nourrir après la prière de Minha Minha Prière de l’après midi. Porte le nom d’un sacrifice végétal offert quotidiennement au Temple. dite en début d’après-midi.

Yeshaya Dalsace

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?