Accueil > Judaïsme > Histoire juive > Les juifs dans le monde

Italie, hommage à Tullia Zevi

Italie, hommage à Tullia Zevi

Tullia Zevi (1919 - 2011) vient de décéder à Rome. De 1986 à 1998, elle a été présidente de l’UCEI (Union des communautés juives italiennes)

. Pendant la guerre, sa famille émigra aux États-Unis, où Tullia Zevi continua ses études universitaires ainsi que son activité musicale en tant que harpiste. Elle collabora également avec Frank Sinatra.

Après la guerre, elle revint en Italie où elle commença une activité de journaliste, couvrant entre autres le procès de Nuremberg. De1960 à 1993 elle travailla comme correspondante pour le quotidien israélien Maariv Arvit
Maariv
Office du soir, comportant bénédictions du Shema, Shema et Amida. Les jours de Shabbat et fêtes il est agrémenté de chants supplémentaires.
et rendit compte entre autres du procès Eichmann à Jérusalem. Présidente de l’UCEI, elle participa aux pourparlers sur le carmel d’Auschwitz et fut membre de la Commission italienne de l’UNESCO. Elle fut présidente des communautés juives italiennes pendant une période très intense, qui vit l’attentat à la synagogue de Rome, la visite du Pape et bien d’autres événements.

En tant que présidente de l’UCEI, en 1987 Tullia Zevi conclut avec l’État italien un protocole d’entente, encore en vigueur, grâce auquel le droit de manifester sa religion n’est pas simplement le droit de prier dans une synagogue, mais s’étend à des formes de respect plus radicales tel que le respect du Shabbat. Elle fut tout de même durement critiquée par certains segments de la communauté juive quand, en 1996, elle serra la main de Yasser Arafat lors de sa visite au Pape.

De même, lorsqu’elle accepta presque un poste de sénateur dans les rangs de l’Ulivo (l’alliance de tous les partis politiques italiens de gauche), cela provoqua des réactions controversées qui amenèrent Zevi à retirer sa candidature. En effet, à l’époque comme maintenant, le rapport de la gauche italienne avec l’état d’Israël était difficile et pour le moins ambigüe.

Tullia Zevi a été une personnalité extraordinaire dans le monde juif italien, une femme courageuse qui a su s’imposer comme leader de la communauté juive, alors même que pour le monde religieux le fait d’avoir une femme comme représentant était problématique.

A cette époque-là, le Judaïsme italien était plus ouvert dans bien des domaines par rapport à ce qu’il est aujourd’hui, où il préfère plutôt se laisser mener par l’ultra orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
israélienne. Cependant l’élection de Tullia Zevi n’allait pas de soi. Pour cette raison aussi, elle reste un symbole important pour les juifs progressistes italien.

L’une des choses dont je me souviens de l’un de ses discours : « Les minorités sont le thermomètre de la démocratie d’un pays. De la façon dont elles sont traitées, vous pouvez comprendre sa température démocratique. »

תנצב"ה

Puisse son âme être liée dans le faisceau des vivants.

Haim Fabrizio Cipriani

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?