Accueil > Judaïsme > Halakha (Loi juive) > Statut des femmes

Une femme peut-elle être possèkèt (décisionnaire en Halakha) ?

résumé d’un responsum du rabbin David Golinkin -

Question :
Une femme peut-elle être décisionnaire en matière de Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. et écrire des responsa Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
 ?

Question :
Une femme peut-elle être décisionnaire en matière de Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. et écrire des responsa Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
 ?

Réponse :
Le Michna Mishna
Michna
Corpus juridique rabbinique du 3ème siècle. Divisé en 6 ordres. Somme de textes de la Tora orale. La Mishna représente la base du droit hébraïque. Elle donne lieu à un développement : le Talmud.
(Nida Nida "Éloignée". Dans le judaïsme les relations sexuelles sont interdites durant la période des règles et un peu après. Une femme nida est une femme qui se trouve dans cette période de temps. La nida c’est le respect de l’éloignement sexuel durant quelques jours par le couple. 6:4) dit que « Quiconque est habilité à juger, l’est pour témoigner. » Les Tossafistes s’interrogent (ibid.) : mais (la prophétesse) Debora qui jugeait alors même qu’elle était femme n’était pas habilitée à témoigner ! Ils répondent : Sans doute ne jugeait-elle pas elle-même mais plutôt enseignait la loi aux juges.
Selon le Sefer Ha-Hinoukh (no. 158), une personne en état d’ébriété ne peut pas rendre de décisions halakhiques. Incidemment, en précisant la règle, il évoque le statut des femmes : « Cette mitsva s’applique partout et toujours, aux sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". , hommes comme femmes, dignes de rendre des décisions halakhiques. »

Rabbi H.Y.D. Azoulaï en conclut sur la base de ces deux sources : « Même si une femme n’est pas habilitée à juger, elle l’est pour rendre des décisions halakhiques » (Birké Yossef, Hochen Michpat 7, par. 12). Trois rabbins rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
modernes arrivèrent à la même conclusion (Jacob Levinson, Isaac Halevi Herzog, et Eliyahou Bakchi-Doron).
L’opposant le plus connu au fait que les femmes puissent rendre des décisions halakhiques était Rabbi Abraham Gumbiner (1637-1683). Après avoir cité l’opinion halakhique d’une femme, il la rejette en se référant à Rabbi Eliezer (Yoma 66b) : « Il n’y a de sagesse chez les femmes que pour le rouet » (Magen Avraham, Orah Haim 263, sous-paragraphe 12). Cette approche, cependant, est assez singulière. Comme Rabbi Eliezer était fermement opposé à ce que les femmes apprennent la Tora (Michna Mishna
Michna
Corpus juridique rabbinique du 3ème siècle. Divisé en 6 ordres. Somme de textes de la Tora orale. La Mishna représente la base du droit hébraïque. Elle donne lieu à un développement : le Talmud.
, Sota 3:4), il n’est pas surprenant qu’il ait fait cette réponse à la question d’une femme éduquée. Quoi qu’il en soit, il se trouve que trois autorités halakhiques au moins ont marqué leur accord avec l’opinion de la femme que Gumbiner a invalidée (le fils de cette femme, R. Yossef Youzpa Falk, R. Ezekiel Landau et R. Chem Tov Gaguine). Mais surtout, la position de Gumbiner a été abondamment contredite par l’histoire.

En pratique, les femmes ont participé à toutes les modalités de la prise de décision halakhique, depuis la période tannaïtique jusqu’à aujourd’hui.

1. Des femmes telles Brouria (IIe siècle) et Fioretta Modena (XVIe siècle) étudièrent les règles pratiques de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. et en étaient expertes.

2. Des femmes telles Bellette (XIe siècle) et Hana (XIIe siècle) enseignèrent les lois pratiques de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. à d’autres femmes.

3. Des femmes telles Myriam Chapira (env. 1350) et la femme de Rabbi Jacob Mizrahi (XVe-XVIe siècle) enseignèrent les lois pratiques de la halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. à de jeunes garçons et à des hommes.

4. Les autorités halakhiques se fièrent à la parole de femmes telle la sœur de Rabbi Chimôn fils de rabbi Yannaï (IIIe siècle) et la femme de Rabbi Haim, Or Zarouâ (XIIIe siècle) qui transmirent des décisions halakhiques au nom de leurs parents.

5. Des femmes telles la femme de Rabbi Joseph Trèves (XIVe siècle) et Hava Bachrach (d. 1652) eurent des discussions halakhiques érudites avec des hommes.

6. Des femmes telles Brouria (IIe siècle) et Beila Falk (XVIe siècle – elle est la femme dont parlait Gumbiner, le Magen Avraham) rendirent des décisions halakhiques adoptées ensuite par des autorités halakhiques.

7. Des femmes telles Chundlein Isserlein (XVe siècle) écrivirent des responsa Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
au nom de leurs maris.

8. Des femmes telles Pomona Modena (XVe siècle) et Flora Sasson (d. 1936) posèrent des questions érudites aux autorités halakhiques.

9. Des femmes telles Tzertel Schwartz (XIXe siècle) écrivirent des responsa Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
halakhiques formels.

En conclusion, les femmes sont pleinement autorisées à participer au processus d’apprentissage de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme. , de son enseignement, et de la prise de décisions comme elles l’ont fait par le passé, au cours des 1800 dernières années !

Messages

Une femme peut-elle être possèkèt (décisionnaire en Halakha) ?

Bonjour,

Plusieurs questions à la lecture de cet extrait intéressant :

- Pourriez vous svp préciser l’époque ou les dates des rabbins rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
que vous mentionnez ainsi que les lieux où ils évoluaient ?
R. Yossef Youzpa Falk, R. Ezekiel Landau et R. Chem Tov Gaguine ?

- R.Jacob Levinson vivait-il aussi comme Isaac Halevi Herzog, et Eliyahou Bakchi-Doron) en Israël ?

- Enfin, quelle était l’influence de Rabbi Abraham Gumbiner ? Etait-il considéré comme un décisionnaire majeur ?

- Pourriez vous également nous donner un lien avec la source du Responsum Teshouva
Teshouvot
Responsum
Responsa
Décision halakhique d’un rabbin, certaines ont été écrites et compilées et servent de jurisprudence.
du R.David Golinkin. Se trouve-t-elle en ligne ?

En vous remerciant d’avance du temps que vous prendrez pour vos réponses.
Bien cordialement

Sonia Sarah Lipsyc

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?