Accueil > Judaïsme > Halakha (Loi juive) > Statut des femmes

Faire monter une femme à la Tora

Faire monter une femme à la Tora

Rabbin Monique Susskind-Goldberg -

Monter à la Torah, s’est accéder symboliquement à la révélation et au savoir. Interdire aux femmes de monter à la Torah équivaut donc à leur demander d’avoir accès à la révélation et au savoir par la seule procuration des hommes.

Bien des femmes veulent pouvoir lire directement et être considérées comme majeures au regard de la Tora. Est-ce possible du point de vue de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n’est pas un système uniforme.  ?

Dans la majorité des synagogues du courant Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, en Diaspora et en Israël, les femmes montent à la Torah et en font la lecture. D’autre part, dans la plupart des synagogues orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, seuls les hommes lisent et sont appelés à monter à la Torah.

Le Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
en envisage la possibilité :

Le texte de base autorisant une femme à monter à la Tora se trouve dans le Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
Meguila 23a :
« pour Nos maîtres enseignent : Tout le monde [est habilité à] monte[r] à la Torah parmi les sept personnes requises, même une femme, même un mineur. Mais les sages Sages Ce terme dans les textes juifs désigne en général les rabbins du Talmud (six premiers siècles de l’ère courante). On dira "les sages" ou "nos sages". C’est la traduction d’une expression hébraïque : "H’azal" qui veut dire "nos sages de mémoire bénie". ont dit : une femme ne lira pas dans la Torah en raison de la « dignité de la communauté » (kevod hatsibour). »

L’honneur du public est une notion relative.
Ceci est, par exemple, l’opinion du rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Manoah de Narbonne (13e siècle) :
« Si l’on ne tenait pas compte de la dignité communautaire, la femme lirait dans la Torah et réciterait les bénédictions. En effet, la Torah a été donnée aux hommes d’Israël aussi bien qu’aux femmes … Dans le traité Pessahim 43a, il est dit que la Torah ne fait aucune différence sur le plan pénal entre l’homme et la femme … du fait qu’elles ont l’obligation d’accomplir des commandements inscrits dans la Torah, elles peuvent dire les bénédictions « qui nous a choisi » et « qui nous a donné » et lire dans la Torah comme les hommes. Si toutefois [en pratique], elles ne le font pas, c’est en raison de la dignité communautaire. »

Femmes impures ?
L’opinion répandue qu’une femme ne peut monter à la Torah à cause de l’impureté liée à ses menstruations va à l’encontre de la loi talmudique et de la majorité des décisionnaires. Dans le traité Berakhot du talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
babylonien (22a) il est dit clairement : « Selon une baraïta Baraïta
Braïta
Beraïta
"extérieures" Source de l’époque de la Mishna mais extérieure au corpus mishnaïque. On trouve les Baraïtot dans le Talmud et dans la Tosefta.
, le rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Yehouda ben Betira déclare que les paroles de la Torah ne peuvent être souillées par un impureté ». Et les plus grands décisionnaires comme Rif Rif
Alfasi
Rif - R. Yitzhak Alfasi (Fez, 1013 - Espagne, 1103) : Auteur d’un code de lois suivant l’ordre du Talmud*.
•, Maïmonide Maimonide
Rambam
Maïmonide
Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L’une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu’il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu’il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l’anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
•, Smag•, Roch Roch
Rosh
Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d’intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l’auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
•, Tour• et R.Yossef Caro Caro Caro, R. Yossef - (Espagne, 1488 - Israël, 1575) : Auteur du Beit Yossef, un commentaire au Tour, mais il est surtout connu pour son oeuvre législative, Choulhan Aroukh, qui deviendra, après l’ajout des gloses du Rama, le recueil de lois ayant une influence majeure (et ce jusqu’à nos jours) dans le domaine de la Loi Juive (Halakha).

Il était kabbaliste et piétiste et influença profondément le judaïsme jusqu’à aujourd’hui.
• ont suivi l’opinion talmudique. C’est ainsi que nous pouvons lire dans le Choulhan Aroukh (Orakh Hayim. 88 :1) : « Tous les impurs peuvent lire la Torah, le Chema Shema
Chema
Profession de foi du judaïsme proclamée deux fois par jour matin et soir et affirmant l’unité divine et le devoir d’aimer Dieu, d’étudier la Tora, la transmettre et appliquer ses commandements.
et prier ». Et le Rama Isserles
Rama
Rabbi Moshe Isserles, dit le Rama (1530 - 1572), Pologne, plus grand Possek ashkénaze de son temps.
d’ajouter :

« Certains ont écrit qu’une femme menstruée ne peut entrer dans la synagogue, prier, énoncer le nom de Dieu, ou toucher le livre (de la Torah), mais selon d’autres, tout ceci est permis, et ceci [la deuxième opinion] est l’essentiel. »

Il n’y a donc aucune raison d’interdire aux femmes de monter à la Torah par crainte d’impureté et aucuns parmis les dizaines de décisionnaires ayant traité de la question n’a invoqué l’impureté menstruelle pour interdire la montée de la femme à la Torah.

Conclusion :

La seule raison invoquée pour interdire la lecture de la Torah en public par les femmes, est la dignité de la communauté. A l’époque du Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
, il était considéré comme un déshonneur pour la communauté des hommes qu’une femme lise la Torah, parce que l’on aurait pu penser qu’il n’y avait pas, parmi eux, d’homme capable de lire la Torah.

Dans notre société où les femmes savent lire comme les hommes ce n’est pas un déshonneur pour les hommes qu’une femme lise la Torah en public. La raison du décret n’existe plus et on peut donc revenir à la loi originale, « tout le monde [est habilité à] monte[r] à la Torah parmi les sept personnes requises, même une femme, même un mineur ».

Aller plus loin
En ouvrant le document PDF joint vous pourrez étudier en détail cette question.

Montée des femmes à la Tora

................................................................................................................

Texte complet de la Teshuva en hébreu

alyat_nashim_ivrit

Voir également le site

http://www.responsafortoday.com/vol...

Messages

Faire monter une femme à la Tora

je suis dubitatif

Dubitatif ?

Dubitatif par rapport à quoi ? Aux capacités intellectuelles des femmes ou à cause de l’esprit borné des hommes ?

Faire monter une femme à la Tora

Un espoir de voir un jour ma petite fille lire dans la trés sainte Torah.
Elia. 82 ans

Faire monter une femme à la Tora

Monter a la tora n est pas un des 613 commandemants !
Voir sa petite fille y etre appelee, non plus !

Mettre les teffilin et respecter les loi du chabbth, Si !

A bon entendeur !

"tant que la flamme brule, on peut encore reparer"

Faire monter une femme à la Tora

Vous avez compris les femmes, avant de monter à la Torah, il faudra mettre les tephilines !

Faire monter une femme à la Tora

"Tant que la flamme brule on peut encorre reparer"

Faire monter une femme à la Tora

Honte quelle honte... HM nous a ordonne la tsniout comment voulez faire monter une femme devant une assemble d homme
Les courants massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
reformistesnetc essaye,t d adapter la religion sur,une structure sociale et civique des goyim Goy
Goyim
"Peuple". Ce terme est employé couramment dans la Bible pour désigner le peuple juif. Ce n’est que très tardivement qu’il fut employé dans le langage courant pour désigné un non juif. Cela n’a rien de péjoratif, mais peut le devenir dans la bouche de certaines personnes incultes.
occidentaux pour s inserer je ne vois pas pourquoi on veut assembler une egalite faites pour un mode de vie athee civico social a la religion chacun a ses responsabilites les bougies de chabbat les tefilines Tefilines
Tefilin
Boites en cuir contenant 4 extraits de la Tora que l’on met sur son bras et sa tête pour prier quotidiennement en semaine. A partir de la Bar Mitsva. En général les garçons le font, mais certaines filles le pratiquent également.
etc
Nos plus plus plus grands tsadikim sont orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
ainsi que tt les autres

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?