Le site est en cours de modification

Accueil > Culture et liens > Cinéma et judaïsme > Cinéma israélien > Films sur la société israélienne

Films sur la société israélienne

A 5 heures de Paris

Comédie de Leon Prudovsky

Une mise en scène simple et sans tapage. Le but est atteint, l’étincelle allumée : parfois, les films les plus beaux sont aussi les plus modestes.

Ajami

Film israélien de Scandar Copti et Yaron Shani

Ce film est un missile. L’une des démonstrations les plus explosives et stimulantes offertes par une production israélienne pourtant prodigue en la matière.

Avanim

Réalisé par Raphaël Nadjari

La destinée dramatique d’une jeune femme qui cherche à conquérir sa liberté en secouant le joug d’un milieu juif oriental traditionaliste et d’un père écrasant.

Des Ailes Brisées

Prix du Public au festival de Berlin, Prix du Meilleur Film au festival de Tokio
Film israélien de Nir Bergman (2002)

Feu de camp (madourat hashevet)

Film de Joseph Cedar

Une critique sévère du Bnei Akiva et de l’esprit de groupe.

Footnote (film israélien)

Film de Joseph Cedar

Voici une preuve supplémentaire de la qualité du cinéma israélien. une incursion jubilatoire dans le monde de la recherche talmudique.

Le voyage de James à Jerusalem

un film de Ra’anan Alexandrowicz, avec Silabonga Melongisi Shibe, Arieh Elias, Salim Daw

Le voyage du directeur des ressources humaines

Un film de Eran Riklis

Quand livrer un mort à sa famille amène à une réflexion sur la vie...

Les Sept Jours

Le nouveau film de Ronit Elkabetz met en scène le deuil dans le judaïsme.

Obligation bonheur (mouhahim li’ot sameah)

Film israélien de Julie Shles(1998)

L’histoire : Simha (Joy) Levine, vit dans un appartement qui est tout le contraire d’elle, glauque et délabré à l’extérieur mais bien entretenu et plein de joie à l’intérieur.

Place des Rêves (kikar hachalomot)

Film israélien de Beni Morati (2000)

L’histoire : Un an après la mort de Morris Mendevon, son fils Nissim voit son père en rêve qui lui ordonne de rouvrir le vieux cinéma de quartier qu’il avait fermé 25 ans auparavant, brisant ainsi le vœu qu’il avait fait de ne plus projeter de film de son vivant.

Prendre Femme

Film israelien réalisation : Ronit et Shlomi Elkabetz (2004)
avec Ronit Elkabetz, Simon Abkarian, Gilbert Melki

Sallah Shabbati

La comédie israélienne par excellence.

Terre promise

Film d’Amos Gitaï 2005

Un rude moment de cinéma sur le trafic d’esclaves en Israël (la prostitution). Réquisitoire sans appel contre l’exploitation sexuelle et les dérives du capitalisme sauvage.

Une histoire demi russe

Film de Eitan Aner

Voici une comédie israélienne très agréable et légère sur un enfant amoureux et dont le père israélien s’est marié avec une immigrante russe.

Ushpizin

comédie de Gidi Dar

Au cœur de la déchirure laïcs et religieux. Un film original et drôle.