Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre du Lévitique - ספר ויקרא > שמיני Shemini - Huitième - 26

שמיני Shemini - Huitième - 26

Le texte de la Parasha Shemini en français

Levitique 9.1 - 11.47

Quand on fut au huitième jour, Moïse manda Aaron et ses fils, et les anciens d’Israël, et il dit à Aaron : Prends un veau pour expiatoire et un bélier pour holocauste,

Haftara de Shemini - Du magique au symbolique

2 Samuel 6 ; 7.17

La Parasha Parasha
Paracha
Parashot
Section de la Tora hebdomadaire lue le shabbat. La Tora est divisée en 54 parashot. Chacune porte le nom du premier mot significatif. La division est très ancienne (époque talmudique). La parasha est complétée par la Haftara extraite des prophètes.
parle de l’inauguration du Mishkan Mishkan
Michkan
Tabernacle
Temple portatif et provisoire fabriqué dans le désert après la sortie d’Egypte. Les règles concernant sa construction et son fonctionnement occupent une grande part de la Tora. Il symbolise la construction d’un microcosme spirituel et rituel idéal, modèle des Temples à venir. Il sert de base aux lois du shabbat et d’autres règles du judaïsme. Certains chercheurs pensent qu’il n’a jamais existé mais serait une espèce de construction utopique représentant la possibilité (elle même utopique) d’une relation permanente entre le divin et l’humain.
et de la mort des fils d’Aaron, la Haftara Haftara
Haftarah
Depuis la période talmudique, la lecture de la Tora, chaque shabbat matin est suivie de la lecture de la "Haftarah ". C’est généralement, la personne qui est appelée en 8ème montée (Alya) à la Tora qui lit la Haftara, cette montée est appelée "Maftir". Le texte de cette lecture supplémentaire et hebdomadaire est issu des livres des Prophètes. Elle ne se lit pas dans un rouleau mais dans un livre comportant voyelles et signes de cantilations. Il existe en général un rapport contextuel entre la Parasha et la Haftara.
parle du projet de Temple à Jérusalem et de la mort d’Ouza pour avoir touché l’Arche... La sainteté peut tuer.

Le silence d’Aaron

Le silence d’un père, la nôtre, celui de Dieu...